Politique
URL courte
Par
274414
S'abonner

À l’approche des régionales, la question des alliances entre partis devient de plus en plus récurrente. Tiraillés entre LREM et le RN, Les Républicains ont-ils perdu leur identité? Un tiers de leurs partisans estiment que le parti peut se fondre soit dans la formation politique de Macron, soit dans celle de Le Pen, révèle un sondage.

Alors que la campagne électorale pour les régionales s’accélère et que les partis tentent de nouer des alliances, un sondage d’Ipsos et Sopra Steria pour Franceinfo et Le Parisien-Aujourd'hui en France, paru ce 16 mai, fait un constat général plutôt défavorable aux Républicains. Le parti gaulliste est pris en tenaille entre son voisin de gauche, le parti centriste d’Emmanuel Macron, et son voisin de droite, le Rassemblement national. Un sympathisant des LR sur trois (34 %) estime que son parti pourrait se fondre dans l’un des deux.

En général, 51% des sondés estiment que LR est proche de LREM. Ce chiffre est plus important chez les sympathisants de LREM (78%) que chez ceux de LR (58%). Et si le RN voit une plus grande proximité de LR avec lui (65%), seulement 33% des sympathisants LR sont d’accord avec un tel avis. Cela peut être considéré comme révélateur d’une perte d’identité politique dans la famille de droite.

Selon la même source, Les Républicains seraient beaucoup moins aptes à répondre aux inquiétudes des Français. Ainsi, seulement 11% des sondés estiment que LR est le parti le plus proche de leurs préoccupations, tandis qu’en cas de LREM et RN, ce chiffre s’élève à 22%. La répartition est presque identique lorsqu’il s’agit de l’aptitude de telle ou telle formation politique d’améliorer les choses dans le pays: 10%, 22%, 23% des Français pensent que LR, LREM et le RN respectivement en sont capables.

L’épineuse question des alliances

Sur fond d’un mariage rocambolesque entre LREM et LR en PACA au premier tour des régionales, d’abord annoncée par le Premier ministre, puis rejetée par la direction de LR et ensuite abandonnée par la tête de liste LREM dans la région, mais finalement réanimée par le président sortant LR, Renaud Muselier, qui a annoncé une liste comprenant des membres de la majorité présidentielle, la question d’acceptation des alliances par les électeurs eux-mêmes éveille l’intérêt.

D’après le sondage, l’alliance LR-LREM au second tour des régionales est plus souhaitée par les sondés que celle entre Les Républicains et le Rassemblement national. Tandis que 58% des sympathisants républicains sont favorables à des alliances LR-LREM, «seulement» 48% d’eux se prononcent pour une avec le RN. En revanche, la majorité des partisans du RN, 57%, sont pour des mariages avec LR. Les macronistes eux aussi sont largement favorables (86 %) à un accord avec le parti de droite.

Dans le cadre de l’enquête en question, 985 personnes constituant un échantillon représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus ont été interrogées les 10 et 11 mai 2021.

Vestiges de la présidentielle 2017

Ce sont les élections de 2017 qui marquent le déclin des partis français dits traditionnels, le PS et LR, accompagné de la recomposition du paysage politique dans le pays, bipartite depuis des années. L’élection d’Emmanuel Macron, ex-ministre du socialiste François Hollande, se disant «ni de gauche ni de droite» met ainsi fin au clivage historique entre ces deux courants politiques. L’échec du PS avec 6,3% au premier tour est, certes, plus cuisant que celui de LR, mais le vieux parti de droite n’en est sorti moins perturbé. Le passage à LREM de personnalités Républicaines telles que Bruno Le Maire ou Gérald Darmanin, est lui aussi révélateur des bouleversements que LR traverse jusqu’à présent.

La droite, dont le candidat en 2017 pour la première fois depuis trente ans ne s’est pas retrouvé au second tour, semble en effet toujours payer les pots cassés. Depuis la défaite de François Fillon, de nombreuses figures emblématiques du parti, dont Xavier Bertrand, président des Hauts-de-France et actuel candidat à la présidentielle de 2022 ou Valérie Pécresse, présidente d'Île-de-France, ont quitté le parti de Sarkozy.

Un autre exemple, et le plus récent en date, est l’abandon de LR par un autre poids lourd, le maire de Nice, Christian Estrosi. Celui-ci a d’ailleurs déjà évoqué en septembre dernier un accord entre la droite et Emmanuel Macron en vue de 2022. Suite au refus de LR à «l’accord» en PACA entre LREM et l’actuel président de la région l’édile niçois a claqué la porte du parti.

Les élections régionales et départementales se tiendront en France les 20 et 27 juin.

Lire aussi:

L'armée russe ouvre le feu pour stopper un destroyer britannique qui a violé sa frontière en mer Noire
«Syndrome de l’escargot»: ces Français qui préféreraient rester confinés
Israël, Royaume-Uni: les vaccins inefficaces face au variant Delta?
Tags:
élections régionales, Les Républicains (LR)
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook