Politique
URL courte
Par
545119
S'abonner

Marlène Schiappa voulait invoquer les côtés sombres de l’histoire de France pour tacler la proposition de Guillaume Peltier sur la Cour de sûreté, mais s’est trompée en affirmant que cette idée venait du régime de Vichy.

«On peut faire deux minutes d’Histoire pour voir où Guillaume Peltier prend ses inspirations», a déclaré ironiquement Marlène Schiappa sur la proposition de ce dernier concernant la justice d’exception pour les individus radicalisés avec «le rétablissement de la Cour de sûreté».

Toutefois, ces «deux minutes» n’ont pas suffi à la ministre déléguée chargée de la Citoyenneté qui pensait que l’idée venait de Vichy. Elle est en réalité issue de Charles de Gaulle.

Peltier favorable au retour de la Cour de sûreté

Deux jours après l’attaque au couteau d’une policière près de Nantes, le numéro deux des Républicains, Guillaume Peltier, a fait une proposition polémique sur le plateau du Grand Jury.

En guise de mesure de lutte contre le terrorisme, «islamique en particulier», il a proposé «l’expulsion systématique des étrangers fichés au fichier FSPRT», une liste dans laquelle l’assaillant de La Chapelle-sur-Erdre était inclus, et «le rétablissement de la Cour de sûreté» pour les non-étrangers.

Créée par le général de Gaulle à la suite des attentats de l’OAS en 1963, l’institution a été supprimée en 1981 après l’élection de François Mitterrand. Composée de trois magistrats, elle jugeait les personnes accusées de porter atteinte à la sûreté de l’État, sans possibilité de faire appel. Sa version moderne permettrait de placer au cas par cas, selon Peltier, les suspects en rétention de sûreté pour protéger les Français.

Elle «pourrait enfermer en prévention les individus après un faisceau de soupçons avérés et complets, sans possibilité de faire appel» avant la commission d’un acte terroriste, a-t-il estimé.

«C’est honteux», fustige Schiappa

La proposition a été vivement critiquée par la secrétaire d’État, qui l’a qualifiée de «honteuse».

«Il y a un axe entre Les Républicains et le Rassemblement national où l’on décide que, comme il y aurait des dysfonctionnements dans la justice ou dans l’État de droit, ils ne veulent pas améliorer leur fonctionnement, mais simplement l’annihiler», a déclaré la ministre déléguée le 1er juin.

En outre, elle s’est trompée en affirmant que l’idée de la Cour de sûreté provenait du régime de Vichy:

«Cette proposition avait été mise en place sous Vichy. On peut faire deux minutes d’Histoire pour voir où Guillaume Peltier prend ses inspirations».

Son erreur a été pointée du doigt par le journaliste de Causeur, Aurélien Marq.

Autres bourdes de Schiappa

Ce n’est pas la première fois qu’elle se trompe dans ses informations. Invitée sur France Culture le 20 mai dernier, Marlène Schiappa a déclaré que la France était «le premier pays du monde à avoir verbalisé le harcèlement de rue.»

Il s’agissait en réalité de la Belgique.

Suite à la diffusion d’une vidéo tronquée sur Facebook dans laquelle Jérôme Rodrigues lançait «Je tape ma femme», Marlène Schiappa a affirmé par erreur le 13 septembre 2020 sur Europe 1 que le Gilet jaune s’était vanté de violences conjugales.

Lire aussi:

Le pass sanitaire désormais obligatoire pour la pratique du football
«Il y a quelque chose sur votre menton»: Joe Biden pris au dépourvu devant les caméras - images
JO-2020: un boxeur français disqualifié en quart de finale fait un sit-in sur le ring
Tags:
Marlène Schiappa, Les Républicains (LR), Guillaume Peltier
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook