Politique
URL courte
Par
34792
S'abonner

À deux jours du second tour des régionales qui s’annonce particulièrement serré en PACA, Nicolas Sarkozy, fondateur des Républicains, accorde tout son soutien à Renaud Muselier dans une interview à Nice Matin. L’ancien chef de l’État appelle également sa famille politique à «arrêter les divisions».

Alors que le match entre Renaud Muselier (Les Républicains) et Thierry Mariani (Rassemblement national) promet d’être serré dimanche prochain, Nicolas Sarkozy, père fondateur des Républicains, qui fait actuellement l’actualité dans le cadre du procès Bygmalion, sort de son silence. Interrogé par Nice Matin, l’ancien Président de la République «retiré de la vie politique active» a décidé de «faire une exception pour la région Provence-Alpes-Côte d’Azur» et d’exprimer son soutien à M.Muselier.

«Si Renaud Muselier perd, vous perdez tous», lance-t-il au quotidien, appelant sa famille politique qui a vécu un véritable psychodrame lors de la campagne électorale dans le Sud à «arrêter les divisions».

Évoquant le taux d’abstention record de ces régionales (66,10%), Nicolas Sarkozy se dit par ailleurs inquiet de la situation politique actuelle. «Quand les deux tiers des électeurs ne se déplacent pas, c’est que notre système institutionnel ne fonctionne plus», estime-t-il, rappelant que l’élection est «le fondement de notre système démocratique».

Que quatre points de retard

S’exprimant le 22 juin en duplex sur LCI, Renaud Muselier, président sortant en PACA, a évoqué une «gestion harmonieuse» de la région, pointant le recul du vote RN par rapport aux élections précédentes. En effet, tandis qu’aujourd’hui seulement quatre points le séparent M. Mariani, en 2015 l’écart était de 14 points au premier tour entre Marion Maréchal Le Pen et le candidat LR Christian Estrosi. Cette fois, ce n’est «pas du tout la même musique», selon M.Muselier.

«Il [Thierry Mariani] additionne les mensonges les uns derrière les autres. On peut essayer de croire M.Mariani, mais la preuve est faite qu’en tout cas, on le croit moins que Madame Marion Maréchal Le Pen», lâche-t-il.

«Il vaut mieux être avec moi que partir à l’aventure avec le RN», conclut M.Muselier.

Duel très serré

Après le retrait au second tour des élections de la liste de gauche dirigée par Jean-Laurent Félizia, qui a d’abord voulu maintenir sa liste avant de la retirer lundi 21 juin, le duel au second tour entre M.Mariani (36,38% au premier tour) et M.Muselier (31,91%) s’annonce très serré. D’après un sondage Ifop pour LCI et Le Figaro paru ce jeudi 24 juin, seulement 1% des voix pourraient déterminer l’issue du scrutin, le candidat LR étant donné favori avec 51% d’intentions de vote.

Lire aussi:

La France constate une forte baisse du nombre de nouveaux cas quotidiens de Covid-19
Troisième dose de vaccin: «Cela fait partie du plan de développement économique et actionnarial des labos»
Darmanin proscrira les mains courantes pour lutter contre les violences conjugales: «Inutile mais, en plus, dangereux»
Tags:
Nicolas Sarkozy, Provence-Alpes-Côte d'Azur, Renaud Muselier
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook