Politique
URL courte
Par
11346
S'abonner

Réélu dans les Hauts-de-France, Xavier Bertrand grimpe dans les intentions de vote et veut rassembler la droite pour 2022, refusant de participer à une primaire. Un sondage Harris Interactive montre toutefois qu’il convainc peu les jeunes, mais qu’il est le plus crédible pour réformer les retraites.

Fort de sa réélection à la présidence du conseil régional des Hauts-de-France (52% des votes, mais seulement 16% des inscrits), Xavier Bertrand part à «la rencontre de tous les Français». Depuis, plusieurs sondages montrent une certaine dynamique en sa faveur. Un sondage Harris Interactive pour Challenges publié mercredi 7 juillet indique toutefois qu’il peine à convaincre les jeunes.

Intentions de vote pour Xavier Bertrand au 1er tour de l'élection présidentielle 2022 selon l'âge
© Sputnik
Intentions de vote pour Xavier Bertrand au 1er tour de l'élection présidentielle 2022 selon l'âge

En effet, l’ex-LR (Les Républicains) est crédité de 0% des intentions de vote chez les 18-24 ans. Cette catégorie a plutôt tendance à voter soit pour Emmanuel Macron (29%) soit pour Marine Le Pen (29%). Il n’attirerait également que 13% des 25-34 ans, qui eux aussi préfèrent voter pour ses deux rivaux principaux.

Xavier Bertrand ne domine d’ailleurs ces derniers que chez les 65 ans et plus, où il rafle 32% des intentions de vote, contre 26% pour le Président actuel et 15% pour la candidate du Rassemblement national.

Réforme des retraites

D’après cette même enquête, il est le candidat le plus crédible en matière de propositions pour les retraites. Pour rappel, il propose de fixer l’âge de départ légal à 64 ans à la fin de la décennie, puis à 65 ans en 2034, à condition que l’espérance de vie continue à augmenter.

Pas de primaire

Déjà déclaré candidat à la présidentielle, Xavier Bertrand a confirmé qu’il ne souhaitait pas participer à une primaire, se posant en rassembleur de la droite.

«La primaire a été source de divisions, et la fois dernière, tous ceux qui [y] sont passés ont été éliminés lors du premier tour de l'élection», se justifie-t-il sur TF1.

En 2013, sa position sur la question était tout autre, rappelle Le Figaro: «Pourquoi un candidat craindrait-il les primaires? C'est une formidable chose. J'ai toujours été un militant des primaires».

Du côté des cadres LR, il n’est pas encore question de soutenir le président des Hauts-de-France. «Les uns et les autres ont du bon sens, on va avoir trois mois pour construire ça», a déclaré mercredi le président du parti Christian Jacob, évoquant le 25 septembre comme date butoir pour désigner un candidat.

«Tout l'été, Xavier Bertrand va faire campagne pendant que les autres parleront d'eux et critiqueront le voisin», commente un de ses proches à l’AFP.

Récemment démis de sa fonction de vice-président LR, le député Guillaume Peltier désigne déjà Xavier Bertrand comme «candidat naturel» de la droite, persuadé que «nous aurons à la fin le soutien des Républicains». Sur BFM Lyon, Alexandre Vincendet, président de la fédération LR du Rhône, s’est montré critique envers une primaire et a demandé à faire preuve de «lucidité».

Tags:
Xavier Bertrand, sondage, Présidentielle française 2022, jeunes, réforme des retraites, Les Républicains (LR)
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook