Politique
URL courte
Par
194537
S'abonner

Les indices se multiplient quant à la potentielle candidature d’Éric Zemmour à la présidentielle. Selon BFM TV, des militants se chargeraient déjà de récolter des promesses de parrainage auprès des élus.

Dans ses récentes interview, Éric Zemmour ne confirme ni n’infirme ses ambitions présidentielles. En coulisse, ses équipes se chargeraient déjà de récolter les 500 promesses de parrainage nécessaires pour se porter candidat, révèle BFM TV.

«Une centaine de promesses de parrainage ont déjà été récoltées», confie à la chaîne l’entourage du polémiste.

Environ 150 militants parcourent le pays depuis début août pour obtenir ces signatures de la part des élus habilités: maires, parlementaires, eurodéputés, conseillers départementaux et régionaux, etc. Ces derniers doivent ensuite envoyer leur parrainage au Conseil constitutionnel, qui les valide et les publie. Si M. Zemmour en reçoit 500, il devra alors fournir une déclaration de patrimoine.

Un livre-programme?

D’après BFM TV, un programme de 175 pages a déjà été rédigé. «On a budgété, expertisé les mesures qu'on veut proposer - et sur tous les sujets, de l’écologie à l’école en passant par l’économie», révèle un de ses collaborateurs. Avant une éventuelle annonce officielle en automne, l’essayiste se concentre sur la sortie de son prochain livre, lequel pourrait contenir les premiers éléments de son projet pour la France.

Intitulé «La France n’a pas dit son dernier mot», il devrait paraître en autoédition chez Rubempré le 16 septembre, selon le média. L’ouvrage a d’ailleurs provoqué la fin de la collaboration entre Éric Zemmour et son éditeur historique Albin Michel, que le président Gilles Haéri a justifié par l’intention de l’écrivain de s’engager dans la présidentielle, un fait jusqu’ici démenti par l’intéressé.

«Mon essai n’est pas un livre-programme. Je pose les problèmes de notre société et j’y réponds en expliquant ce que j’aimerais faire», a précisé M.Zemmour lors de son entretien du 4 août à Nice-Matin.

Il y a également évoqué les 500 signatures et les moyens financiers comme des «éléments matériels» qui pourraient l’empêcher de se présenter. «Mais j’ai beaucoup d’amis», a-t-il ajouté.

Campagne

En attendant, le chroniqueur reviendra le 30 août pour la nouvelle saison de «Face à l’info» sur CNews. À partir de six semaines avant le scrutin (les 10 et 24 avril 2022), le Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA) se chargera de compter les temps de parole entre les différents candidats déclarés. «Ils [les chroniqueurs et journalistes candidats] doivent s’abstenir de paraître sur les antennes dans l’exercice de leur fonction à compter de l’ouverture de la campagne officielle et jusqu’à la clôture du scrutin», indique son règlement sur le pluralisme politique, ce qui forcerait le candidat Zemmour à ne plus participer à l’émission en tant que chroniqueur.

Des affiches avec pour slogan «Zemmour Président» ont été collées en juin un peu partout en France par le collectif informel «Génération Z». En juillet, des visuels pro-Zemmour montrant des victimes du terrorisme et accompagnés du slogan «Nos vies comptent» avaient fait polémique. Autant d’initiatives officieuses, alors que l’association «Les amis d’Éric Zemmour» a bel et bien été agréée le 1er juillet par la Commission des comptes de campagne pour utiliser ses dons au profit d’une candidature à l’Élysée.

Lire aussi:

Sous-marins: «trahison» pour le ministère des Armées, mais pas de «catastrophe industrielle» pour Le Maire
Sous-marins australiens: la Russie tourne la France en dérision en rappelant les Mistral
Macron évoque la possibilité de «lever le pass» dans certains territoires
Tags:
Eric Zemmour, candidature, parrainage, Présidentielle française 2022, campagne électorale
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook