Politique
URL courte
Par
112105
S'abonner

Candidat à la primaire de la droite, Éric Ciotti a demandé à la France de reconnaître Jérusalem comme «capitale indivisible et unifiée de l’État d’Israël» et d’y déplacer son ambassade. Un avis qui va catégoriquement à l’encontre de la position de la diplomatie hexagonale.

Éric Ciotti, député, conseiller départemental LR des Alpes-Maritimes et candidat à la primaire que pourrait organiser son parti dans le cadre de l’élection présidentielle de 2022, a été l’invité du 8h30 Franceinfo, ce mardi 31 août.

En marge de son programme, l’élu a souhaité faire une proposition «très simple» au ministre des Affaires étrangères.

«Reconnaître Jérusalem comme la capitale unifiée de l’État d’Israël et faire en sorte que l’ambassade de France qui est aujourd’hui à Tel Aviv soit déplacée à Jérusalem comme les États-Unis l’ont fait, Donald Trump l’a fait. Je note que Biden n’a pas modifié cette position. Je crois qu’Israël est dans cette région du monde un faisceau de démocratie et qu’il faut soutenir cet État allié.»

Interpellé par la présentatrice sur la position officielle de la France, qui contredit la sienne, Éric Ciotti souligne «qu’il faut savoir changer».

«Est-ce que cette politique a donné les résultats? Je n’y crois pas. La situation s’est plutôt dégradée», a-t-il noté, qualifiant le choix états-unien de «courageux».

Transfert de l’ambassade US

En décembre 2017, Donald Trump avait reconnu Jérusalem comme capitale d'Israël. Alors que cet État fêtait ses 70 ans en 2018, les États-Unis avaient transféré leur ambassade dans la ville sainte.

Le Front national avait critiqué cette décision, déclarant qu’elle compliquerait le processus de paix.

«La position d’un Président d’un grand État comme les États-Unis ce n’est pas de compliquer les choses, c’est d’essayer de les apaiser. C'est pourquoi je trouve que Donald Trump est maladroit», avait indiqué le porte-parole du FN Sébastien Chenu.

Encore candidat à la présidence de 2020, Joe Biden avait admis que l’ambassade «n’aurait pas dû être déplacée» sans que cela n’entre dans le cadre d’un accord de paix plus large au Proche-Orient.

«Mais maintenant que c’est fait, je ne ramènerai pas l’ambassade à Tel Aviv», avait-il ajouté lors d’une levée de fonds organisée en ligne. « Mais ce que je ferais... je rouvrirais aussi notre consulat à Jérusalem-Est pour dialoguer avec les Palestiniens, et mon administration exhortera les deux parties à prendre des initiatives afin de maintenir en vie la perspective d’une solution à deux États».

Position de la France

Dans la note «9 clés pour comprendre la position de la France», le site du Quai d'Orsay admet que Paris «partage avec Israël des liens historiques, culturels et humains forts» et se dit en même temps «l’amie des Israéliens et des Palestiniens».

«La France ne reconnaît aucune souveraineté sur Jérusalem. C’est dans cet esprit que le Président de la République a déclaré ne pas approuver la décision du Président américain de transférer l’ambassade américaine en Israël de Tel Aviv à Jérusalem», dit le Quai d'Orsay. «La France considère que Jérusalem doit devenir la capitale des deux États, Israël et le futur État de Palestine.»

L’Hexagone appelle également Israël au plein respect du droit international humanitaire qui s’applique dans les Territoires palestiniens, qualifiant d’illégale l’implantation de colonies en Cisjordanie et à Jérusalem-Est.

Lire aussi:

La maison d’édition Nawa bientôt dissoute par Gérald Darmanin
La France rappelle ses ambassadeurs à Washington et Canberra pour consultations
Zemmour détourné en Zob: une présentatrice de France Inter se moque et provoque un tollé
Tags:
Jérusalem, Jérusalem-Est, diplomatie, Eric Ciotti
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook