Ecoutez Radio Sputnik
    Politique

    L'opposant et maire de Iaroslavl accusé de corruption

    Politique
    URL courte
    0 0 0

    Evgueni Ourlachov, maire de la ville russe de Iaroslavl et membre du parti d'opposition "Plateforme civile", a été accusé jeudi de corruption à grande échelle, a annoncé le Comité d'enquête de Russie.

    Evgueni Ourlachov, maire de la ville russe de Iaroslavl et membre du parti d'opposition "Plateforme civile", a été accusé jeudi de corruption à grande échelle, a annoncé le Comité d'enquête de Russie. 

    La justice a en outre prorogé jusqu'au 2 septembre sa détention provisoire, a pour sa part précisé la juge Lioudmila Kolygina. 

    Une mesure identique a été prise à l'encontre de l'adjoint du maire Dmitri Donskov et son médiateur présumé dans l'affaire de corruption Andreï Zakharov. 

    Vendredi, la justice décidera du sort de deux autres collaborateurs de M.Ourlachov, soupçonnés de complicité. 

    D'après l'enquête, le maire de Iaroslavl et ses complices auraient extorqué 45 millions de roubles (plus d'un million d'euros) à un homme d'affaires. L'enquête dispose de preuves convaincantes d'extorsion, dont des enregistrements des conversations téléphoniques.

    Interpellé mardi soir, M.Ourlachov plaide non coupable. 

    Membre du parti Plateforme civile de Mikhaïl Prokhorov, Evgueni Ourlachov a gagné les élections municipales du 1er avril 2012, en devançant largement le candidat du parti Russie unie. Il envisageait de conduire la liste du parti lors des législatives régionales prévues le 8 septembre prochain. 

    L'opposition voit dans cette affaire une manœuvre politique. 

    De son côté, le Comité d'enquête assure que de nouveaux éléments pourraient apparaitre dans l'enquête. 

    Lire aussi:

    Poutine explique s’il pourrait exercer les fonctions de maire de Moscou
    Cinq membres de Daech planifiant des attentats en Russie arrêtés par le FSB
    #BalanceTonMaire, «les maires, cheville ouvrière de la démocratie» sur la sellette
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik