Ecoutez Radio Sputnik
    Politique

    Crash à Kazan: probable erreur humaine ou défaillance technique

    Politique
    URL courte
    Crash de l'avion à Kazan (2013) (13)
    0 01

    Le crash de l'avion de ligne Boeing 737-500 à Kazan, dans la république russe du Tatarstan, serait dû à une erreur de pilotage où à une défaillance technique de l'appareil, a déclaré aux journalistes Alexandre Poltinine, chef du département local d'enquête pour les transports.

    Le crash de l'avion de ligne Boeing 737-500 à Kazan, dans la république russe du Tatarstan, serait dû à une erreur de pilotage où à une défaillance technique de l'appareil, a déclaré aux journalistes Alexandre Poltinine, chef du département local d'enquête pour les transports.  

    "Une erreur de pilotage et des facteurs techniques, y compris une panne d'équipement, figurent parmi les hypothèses retenues", a indiqué le responsable.  

    M.Poltinine a précisé qu'afin d'élucider les circonstances du crash, l'enquête recueillait des échantillons de fluides techniques, y compris du kérosène et des matériels de graissage. Une série d'expertises sera ensuite effectuée. 

    Un représentant de l'antenne locale du Comité d'enquête de Russie avait antérieurement indiqué que les enquêteurs examinaient toutes les pistes, y compris une erreur humaine, les conditions météorologiques et même celle de l'attentat terroriste.  

    L'avion Boeing 737-500 avec 44 passagers et 6 membres d'équipage reliait Moscou à Kazan. L'appareil en provenance de l'aéroport moscovite de Domodedovo s'est écrasé dimanche à 19h25 heure de Moscou (15h25 UTC) sur la piste d'atterrissage de l'aéroport de Kazan, sans laisser de survivant.  

    Dossier:
    Crash de l'avion à Kazan (2013) (13)

    Lire aussi:

    Un avion d'une compagnie tchèque s'enfonce dans la neige sur une piste à Moscou (vidéo)
    Un ingénieur de vol cubain ayant vu le Boeing 737 au décollage livre sa version du drame
    La foudre s’abat sur un avion de ligne turc
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik