Ecoutez Radio Sputnik
    Une lutte sélective

    Une lutte sélective

    Photo: RIA Novosti
    Lu dans la presse
    URL courte
    0 1 0 0

    On a déposé au gouvernement de Russie un projet de loi qui interdit aux députés et aux fonctionnaires de tous niveaux d'accepter des cadeaux.


     

    On a déposé au gouvernement de Russie un projet de loi qui interdit aux députés et aux fonctionnaires de tous niveaux d'accepter des cadeaux. Sur le site du Parquet général on a publié une information  sur l'élaboration d'un nouveau projet de loi pour la lutte contre la corruption. Selon cette loi, les cadeaux reçus par des fonctionnaires seront reconnus comme des biens fédéraux, régionaux et municipaux.

    « Kommersant » rappelle que la loi contre la corruption, signée par le président Medvedev, fixe le prix maximal des cadeaux permis : c'est  trois mille roubles. Les experts parlent de la nécessité d'introduire une « institution de confiscation », utilisée lorsqu'on ne peut pas engager des poursuites, mais on a prouvé que les biens ont été acquis lors des actes de corruption. Selon le président du fonds « Indem » Gueorgui Satarov, l'interdiction complète des cadeaux ne change rien et cela n'aidera pas à lutter contre la corruption. Certains députés sont d'accord avec lui. En interdisant des cadeaux on n'arrête que la corruption du niveau le plus bas. Pourtant, cette opinion contredit les donnés de la plupart des recherches, selon lesquelles, ce sont les professeurs, les médecins, la milice qui sont les plus corrompus.

    COMMENTAIRE

    L'expert principal du Centre de la conjoncture politique de Russie Pavel Saline parle des moyens de lutter contre les pots-de-vin masqués.

    Si l'on parle des cadeaux, dans tous les départements il y a des commissions qui examinent ces cadeaux et tous les fonctionnaires sont obligés de rendre compte devant elles. Pourtant, selon les fonctionnaires, ces commissions ne fonctionnent pas et n'existent que formellement. Du point de vue de la stabilité du système, c'est la corruption ordinaire qui est la plus dangereuse. Le citoyen sent quand il faut donner un pot-de-vin  à un agent de route où bien à un médecin.  Cela peut être seulement quelques centaines de roubles, mais au niveau de l'Etat cela forme des sommes colossales. C'est le danger principal ! Il faut en finir avec.

    C'était le commentaire de l'expert principal du Centre de la conjoncture politique de Russie Pavel Saline

    Lire aussi:

    L’UE lance un projet anti-corruption pour l’Ukraine
    Lutte contre la corruption en Russie: Poutine met les points sur les «i»
    Porochenko désigne le coupable de la corruption en Ukraine
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik