Ecoutez Radio Sputnik
    Revue de presse

    Revue de presse

    Photo: RIA Novosti
    Lu dans la presse
    URL courte
    0 0 0 0

    Le nombre de clients de la bourse du travail dans le monde croit, mais non en Russie, annonce le journal « Izvestia ». Le Fonds Monétaire International et l'Organisation Internationale du Travail ont annoncé que la crise ferait 30 millions de chômeurs, c'est une espèce de record mondial.



    Le nombre de clients de la bourse du travail dans le monde croit, mais non en Russie, annonce le journal « Izvestia ». Le Fonds Monétaire International et l'Organisation Internationale du Travail ont annoncé que la crise ferait 30 millions de chômeurs, c'est une espèce de record mondial. Maintenant, dans le monde, il y a en tout 210 millions de sans-travail. Même pendant les perturbations du début du 20e siècle, les chiffres étaient beaucoup plus petits. Le chef du FMI Dominique Strauss-Kahn, ayant apprécié la situation sur le marché mondial du travail, a appelé la communauté internationale à répondre à cette menace par des actions collectives comme un durcissement total des politiques budgétaires des principales puissances. La Russie a une image assez bonne sur le fond des autres pays. A la différence des Etats-Unis, où 7,5 millions de gens ont perdu leurs emplois en deux ans, en Russie, deux millions et demi. Au cours des derniers mois, cet indice a connu une hausse. En février de 2009, le chômage était au plus haut. 7 millions de personnes ont été licenciés. .Mais le marché s'est rétabli, les passions se sont apaisées. Maintenant, la Russie a retrouvé son état d'avant la crise. Mais le niveau d'avant la crise des rythmes de croissance du PIB n'est pas tout proche, constatent les experts.

     Le président de Russie Dmitri Medvedev donnera des conseils aux leaders du parti à la veille de la campagne de propagande précédant les élections d'octobre. Le journal «Nezavissimaya Gazeta» a appris qu'à la fin de cette semaine, le chef d'Etat rencontrera les chefs des fractions à la Douma de « la Russie Unie », de « la Russie Juste », ceux des démocrates libéraux et des communistes. Cette rencontre aura lieu dès le retour du président Medvedev du forum politique mondial à Iaroslavl. Ce samedi, la campagne de propagande des élections régionales qui auront lieu le 10 octobre sera lancée. On s'atend à ce que le chef de l'Etat prévienne les leaders des partis contre l'utilisation des ressources administratives. Les journalistes ont appris qu'une autre question serait débattue pendant la rencontre entre le chef de l'Etat et les leaders des partis : ce sont les incendies qui ne s'arrêtent toujours pas. Le thème est redevenu actuel lorsque le feu a envahi à la fin de la semaine dernière plusieurs régions russes. Le vice-directeur de l'Institut des systèmes sociaux Dmitri Badovski croit que le Kremlin veut tirer des leçons de la situation avec les incendies et la hausse des prix : « le centre fédéral veut que les parties assurent le feed-back avec la population».

    En six mois, le nouveau président ukrainien a justifié presque tous les espoirs de Moscou, croit le journal «Тroud». Il a pu rendre l'Ukraine à la Russie et pourra faire encore plus si Moscou se montre compréhensive. Le politologue ukrainien Dmitri Vydrine souligne que le président ukrainien mise sur la coopération avec la Russie et qu'il est sûr qu'il faut s'attendre à des percées. Par exemple, la Russie, en cas de revision des prix du gaz naturel, pourra renforcer son capital dans l'économie ukrainienne. Le chef du centre des problèmes internationaux actuels de la CEI Sergei Jiltsov est d'accord avec cela. Il a dit sur les pages du journal «Nezavissimaya Gazeta » que Ianoukovitch avait justifié les espoirs de Russie. Les négociations au sommet et les nouveaux accords ont remplacé les prétentions réciproques et les conflits. Le rapprochement russo-ukrainien a une base économique puisque la Russie est le plus gros investisseur dans l'économie ukrainienne. En même temps, note l'expert russe, le président ukrainien ne met pas en doute l'axe européen de la politique étrangère de l'Ukraine.

    La journée de la ville s'est passée à Moscou de façon très modeste, écrivent les journaux. «Vremia Novostei» dit que les organisateurs des festivités consacrées au 863e anniversaire de Moscou ont renoncé à la cérémonie d'ouverture théâtralisée. Mais, malgré l'envergure réduite des festivités cette année, le maire de Moscou a présenté aux moscovites les nouveaux sites importants, écrit le journal «Moskovski Komsomolets». Il s'agit d'un complexe muséologique situé dans le socle de la sculpture «L'ouvrier et la kolkozienne» dans le centre des expositions. Le journal «Коmsomolskaia Pravda» écrit qu'il n'y avait pas de feu d'artifices grandiose. Samedi, il a été remplacé par un feu d'artifice de 5 minutes sur la Place Rouge à l'occasion de l'ouverture du festival international de musique militaire « Tour Spasskaia ». Les rues pas trop animées de Moscou ont montré que plusieurs habitants, ayant appris la simplification du programme des festivités, sont partis à la campagne ou bien sont restés chez eux, résument les journaux. Par rapport à la fête de l'année précédente, il y avait beaucoup moins de monde dans les rues. Mais il y a un point positif dans tout cela : plus d'espace, moins de déchets dans les rues, les miliciens ne s'énervaient pas trop à cause de la foule et ils étaient aussi joyeux que les moscovites.

    Lire aussi:

    Poutine-Trump: la rencontre la plus attendue du G20
    Ukraine: erreur 404
    Les «succès» de l’économie ukrainienne «menacent» la Russie, selon Kiev
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik