Ecoutez Radio Sputnik
    Revue de presse 15.07.2011

    Revue de presse 15.07.2011

    Photo: RIA Novosti
    Lu dans la presse
    URL courte
    0 0 0

    Dmitri Medvedev a comparé les événements en cours dans le monde arabe à la chute


    Dmitri Medvedev a comparé les événements en cours dans le monde arabe à la chute du mur de Berlin, écrit le journal « Vzgliad ». La communauté mondiale doit concourir à l’arrêt des conflits au Proche-Orient et en Afrique du Nord et à l’organisation du processus des négociations engageant toutes les parties concernées, a déclaré hier le président de Russie, en recevant des lettres de créance des mains de plusieurs ambassadeurs étrangers. « Le monde traverse de dures épreuves, a dit le président russe en s’adressant aux futurs chefs de missions diplomatiques. -En atteste une série de conflits graves au Proche-Orient et en Afrique du Nord. Les changements en cours ont un caractère historique et peuvent ouvrir la voie à des transformations comparables à celles, survenues en Europe Centrale après la chute du mur de Berlin ». « Nous sommes préoccupés par un usage actif des forces armées et par la mort des civils dans ces conflits, a dit encore M. Medvedev. – La tâche de la communauté internationale est de contribuer, comme le prescrivent les résolutions appropriées du CS de l’ONU, à l’arrêt des hostilités, à l’organisation des pourparlers de toutes les parties intéressées. Nous poursuivrons une telle ligne ». Selon le chef de l’Etat russe, « les événements dans le monde arabe ont une nouvelle fois confirmé la nécessité d’appliquer à temps les réformes économiques et sociales, qui tiendraient compte des revendications de la majorité de la population ».

    Un expert bélarusse considère que les investisseurs russes attendent une aggravation de la crise au Bélarus, apprend l’agence REGNUM. « On ne peut pas nier que les sociétés russes ont intérêt à acquérir certains actifs bélarusses, mais le temps travaille pour eux : les investisseurs peuvent se permettre de patienter et d’attendre que la crise s’aggrave en faisant baisser les prix des biens publics », a déclaré hier au correspondant de l’agence l’économiste bélarusse Alexandre Sinkevitch. C’est ainsi qu’il a commenté les perspectives de privatisation des entreprises bélarusses stratégiques avec une participation du gros business russe, formulées le 12 juillet par le président du gouvernement du Bélarus Mikhaïl Miasnikovitch. De l’avis de l’économiste, de hauts fonctionnaires bélarusses font bonne mine à mauvais jeu, en évoquant des pourparlers qui seraient menés avec des investisseurs stratégiques ou même des ententes déjà conclues concernant des investissements étrangers dans l’économie bélarusse. M. Sinkevitch estime qu’il n’a pas assez de fondements pour faire de telles déclarations.

    Lire aussi:

    Une prix Nobel «comprend» les motifs du meurtre d'un journaliste opposant en Ukraine
    La Russie a besoin d'une nouvelle stratégie en Afrique
    Le Maroc espère un nouveau niveau du partenariat avec la Russie, selon l’ambassadeur
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik