Lu dans la presse
URL courte
Loi Magnitski (80)
0 10
S'abonner

Le Trésor américain a publié vendredi la liste de 18 personnalités officielles russes frappées par des sanctions financières et interdites de séjour aux USA en raison de leur implication dans l'affaire Magnitski.

Le Trésor américain a publié vendredi la liste de 18 personnalités officielles russes frappées par des sanctions financières et interdites de séjour aux USA en raison de leur implication dans l'affaire Magnitski. La réaction du ministère des Affaires étrangères russe ne s'est pas fait attendre, écrit lundi le quotidien Nezavissimaïa gazeta.

18 noms de citoyens américains ont également été inscrits sur liste noire en Russie. Cet échange de "politesses" a eu lieu à la veille de la visite en Russie du conseiller d'Obama pour la sécurité nationale, Tom Donilon, afin de préparer la rencontre entre les présidents russe et américain.

La liste américaine inclut principalement des personnes directement impliquées dans l'affaire Magnitski – du nom de Sergueï Magnitski, auditeur du fonds Hermitage Capital et combattant anti-corruption arrêté et mort en détention dans des circonstances inexpliquées en 2009.
Aucun fonctionnaire de haut rang n’y figure.

Après cette publication, le porte-parole de la Maison blanche Jay Carney a remarqué que les Etats-Unis et la Russie avaient des "différends sur les droits de l'homme", dont ils parlaient "ouvertement et franchement".

Plus tôt, le congressiste démocrate Jim McGovern avait proposé une liste de 280 personnalités officielles russes ayant enfreint les droits de l'homme et tombant sous le coup de sanctions. Cependant, l'administration américaine semble se tenir à une position plus modérée.

Il existe également une liste fermée. Selon le New York Times, le président tchétchène Ramzan Kadyrov en est l’une des figures les plus haut placées. Le quotidien ne cite pas d'autres noms. Cependant, Jeffrey Mankoff du Centre d'études stratégiques et internationales pense que des dirigeants haut placés se trouve dans la partie confidentielle de la liste - "sinon, elle n'aurait pas été secrète".

Par ailleurs, une source du Département d'Etat explique qu'en réalité, les Américains ont une liste de plusieurs milliers de noms, visant des personnes impliquées dans le terrorisme, le crime organisé ou encore la violation des droits de l'homme.

Dans un sursaut de fierté, le ministère russe des affaires étrangères (MAE) a réagi en publiant sa propre liste noire. Contrairement à la liste américaine, elle inclut avant tout des personnes impliquées dans la légalisation des tortures et la détention à perpétuité dans la prison de Guantanamo, dans les arrestations et les kidnappings de citoyens russes dans les pays tiers ou dans l'atteinte à leur vie et leur santé.

La liste de 18 noms du MAE est divisée en deux parties. Dans la première, "Guantanamo", figurent des individus "impliqués dans la légalisation et l'utilisation de la torture, la détention indéterminée de prisonniers". Il s'agit de :

- David Eddington, chef de cabinet de l'ancien vice-président américain (2005-2008). Il est considéré comme l’initiateur du recours aux méthodes violentes d'interrogatoire sur les détenus de Guantanamo ;
- John Yoo, conseiller au département de la Justice du temps de l'administration Bush (2001-2003) ;
- Jeffrey Harberson, ancien commandant de la base de Guantanamo (2010-2012) ;
- Geoffroy Miller, ancien commandant de la base de Guantanamo (2002-2003).

Dans la seconde partie on retrouve des individus impliqués dans les "violations des droits et des libertés de citoyens russes à l'étranger". Ils ont été impliqués dans les affaires de Viktor Bout, condamné pour tentative de vente d'armes aux terroristes, et de Konstantin Iarochenko, condamné pour trafic de drogues. Il s’agit de :

- Jed Rakoff, juge du district sud de New York ;
- Preet Bharara, procureur fédéral pour le district sud de New York ;
- Michael Garcia, ancien procureur fédéral pour le district sud de New York ;
- Les adjoints du procureur fédéral pour le district sud de New York Brendan McGuire, Anjan Sahni, Christian Everdell, Jenna Dabbs, Christopher Lavigne et Michael Rosensaft ;
- Les agents spéciaux supérieurs de la DEA (Drug Enforcement Administration – lutte contre le trafic de drogue) Louis Milione et Sam Gaye ;
- Les agents spéciaux de la DEA Robert Zachariasiewicz et Derek Odney ;
- L'agent spécial du FBI Gregory Coleman.

Dossier:
Loi Magnitski (80)

Lire aussi:

Une fillette meurt après une «erreur» d'injection dans un hôpital de Sète
Un député français membre des Républicains qui avait été infecté au coronavirus est décédé
Jean-Jacques Bourdin flashé à 186 km/h à plus de 100 km de son domicile, son permis de conduire confisqué
Alger rappelle «immédiatement» son ambassadeur à Paris après les documentaires sur le Hirak
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook