Ecoutez Radio Sputnik
    Lu dans la presse

    DSK chargé du développement d'une banque russe

    Lu dans la presse
    URL courte
    0 21

    Le géant énergétique Rosneft a modifié le sort de sa Banque russe pour le développement des régions (BRDR). La banque devrait devenir une banque commerciale universelle : les spécialistes des investissements ont quitté la banque, alors que les actionnaires ont élu Dominique Strauss-Kahn comme président du conseil de surveillance.

    Le géant énergétique Rosneft a modifié le sort de sa Banque russe pour le développement des régions (BRDR). Le groupe pétrolier prévoyait de créer une puissante banque d'investissements dont la stratégie aurait été élaborée par une équipe invitée de Morgan Stanley, écrit le quotidien Kommersant du 15 juillet 2013.

    Au final, la banque devrait devenir une banque commerciale universelle : les spécialistes des investissements ont quitté la banque, alors que les actionnaires ont élu Dominique Strauss-Kahn comme président du conseil de surveillance.

    Rosneft a annoncé vendredi ses plans : BRDR sera une banque corporative et de détail, qui devra perfectionner ses opérations de Trésor et augmenter son efficacité. Jusqu'à présent, la BRDR gérait principalement les intérêts des entreprises pétrolières.   

    Les discussions concernant l'entrée de la BRDR sur le marché ont commencé en 2011. Le projet initial prévoyait de créer un centre unifié de virements pour le secteur énergétique russe. Il aurait  notamment géré les paiements sur le marché de l'électricité de gros avec un chiffre d'affaires annuel de 23,4 milliards d'euros. Cette idée est restée lettre morte. La stratégie de développement de la BRDR est pourtant repassée au premier plan à la fin de 2012. Rosneft a créé en novembre un groupe de conseillers stratégiques auprès d'Igor Setchine réunissant des anciens dirigeants de la banque d'investissements Morgan Stanley : Rair Simonian, Elena Titova et Walid Chammah. Elena Titova a également été nommée présidente du conseil d'administration de la BRDR. Ce groupe aurait dû élaborer la stratégie de développement de la banque.    

    Cette liste des conseillers stratégiques témoignait du fait que Rosneft envisageait de transformer la BRDR en puissante d'investissements. Le dernier communiqué en date de l'entreprise stipule pourtant que sa direction a décidé de faire de la BRDR une banque commerciale universelle.

    Les actionnaires ont nommé l'ancien directeur du FMI Dominique Strauss-Kahn en qualité de chef du conseil de surveillance de la banque. Cet économiste français éminent a occupé le poste de ministre de l'Economie de 1997 à 1999 en France pour accéder ensuite à la direction du FMI. Les accusations de viol de la part d'une femme de chambre de l'hôtel Sofitel l'ont pourtant contraint à quitter cette fonction en 2011 - le scandale avait coïncidé avec la déclaration de Dominique Strauss-Kahn sur sa participation éventuelle à la présidentielle française. Toutes les accusations ayant été levées faute de preuves convaincantes, DSK a dû quitter le FMI et renoncer à toutes ses ambitions politiques. Aujourd'hui il gère la société de conseil Parnasse.     

    Rosneft et la BRDR se sont abstenus de tout commentaire au sujet de ces remaniements. Les acteurs du marché considèrent la décision d'introduire DSK au conseil de surveillance comme une mesure de marketing. "La BRDR pourrait profiter du réseau de Dominique Strauss-Kahn malgré sa réputation controversée", estime Oleg Viouguine, président de la MDM-bank. Selon lui, la présence de cet homme dans le conseil de surveillance permettra à la banque d'emprunter plus facilement sur le marché international, de jouer le rôle de médiateur dans des accords d'investissement et de s'étendre à l'étranger.

    Lire aussi:

    Les banques américaines s'unissent pour se prémunir contre la «fin du monde»
    Fermeture des comptes bancaires du FN: la démocratie en danger?
    Banque mondiale: la Russie annonce les conditions de sa participation à la capitalisation
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik