Ecoutez Radio Sputnik
    Lu dans la presse

    Moscou réclame à Paris l'extradition d'un haut responsable russe

    Lu dans la presse
    URL courte
    0 37 0 0

    L'extradition de l'ex-ministre des Finances de la région de Moscou, Alexeï Kouznetsov, sera examinée par la Cour d'appel d'Aix-en-Provence le 19 septembre.

    L'extradition de l'ex-ministre des Finances de la région de Moscou, Alexeï Kouznetsov, sera examinée par la Cour d'appel d'Aix-en-Provence le 19 septembre. L’audience portera sur la demande d'extradition de ce citoyen russe détenu en France et soupçonné de fraude, écrit jeudi le quotidien Izvestia.

    Eric Lemme, membre du service international au Parquet d'Aix-en-Provence, a confirmé que la demande du Parquet de Moscou avait été reçue. "Son étude demandera quelques semaines.

    La chambre d'instruction de la cour d'appel sera ensuite prête à prononcer sa décision", a-t-il déclaré. L'audience se tiendra à huis clos en présence de trois juges.

    L'ex-ministre est aujourd’hui détenu dans la maison d'arrêt de Luynes, à 10 km au sud

    d'Aix-en-Provence. Cette mesure préventive a été prise car il n'a pas de résidence permanente en France et dispose de fonds financiers lui permettant d'échapper à la justice. Les Français ont cru bon de le garder à Luynes pour tenir leurs engagements internationaux et ne pas avoir à le rechercher à travers toute l'Europe.

    Les conditions de détention de Kouznetsov sont "standard" : il est autorisé à contacter son avocat et a droit aux promenades quotidiennes. La surcharge des prisons et des centres de détention provisoire en France, qui a provoqué deux mutineries de détenus cet été, n'a aucunement affecté le confort du séjour en prison du Russe.

    La justice française n'a rien à reprocher à Alexeï Kouznetsov, en dépit de la découverte sur lui de plusieurs passeports avec d'autres noms – au moment de son interpellation à l'hôtel il a présenté son vrai passeport.

    Les Français réagissent fermement aux crimes associés au blanchiment d'argent en Europe.

    Par conséquent, si les juges estimaient que les dossiers du Parquet russe étaient convaincants, Kouznetsov ne pourrait pas compter sur l'hospitalité française traditionnelle.

    Toutefois, la défense du ministre fugitif pourra faire appel contre son extradition à plusieurs reprises. La procédure des affaires d'extradition est longue et demande entre six mois et un an, souligne Solange Legras, avocate générale à la cour d'appel d'Aix-en-Provence. La décision du 19 septembre portant sur la requête de la justice russe n'est qu'un premier pas. Après avoir passé toutes les étapes du procès, l'affaire remontera jusqu'au premier ministre Jean-Marc Ayrault, est autorité compétente pour signer l'avis d’extradition.

    Depuis novembre 2012 Alexeï Kouznetsov est recherché par Interpol. Il est suspecté de fraude de plusieurs millions d'euros en Russie, de blanchiment d'argent et de détournement de fonds.

    Il a été arrêté par la police de Toulon dans un hôtel près de Saint-Tropez, sur la Côte d'Azur.

    Lire aussi:

    Les biens d’un ex-ministre de la région de Moscou saisis en France
    Pourquoi l’Amiral Kouznetsov fume-t-il?
    Assange: «La détention et l’extradition sans inculpation, une particularité de l’UE»
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik