Ecoutez Radio Sputnik
    Lu dans la presse

    Des islamistes du Nord-Caucase créent un village russe en Syrie

    Lu dans la presse
    URL courte
    Situation politique en Syrie (2930)
    0 1401

    Deux citoyens russes ont créé en Syrie une entité territoriale qui n’est subordonnée ni aux autorités ni à l'opposition armée, rapporte lundi 28 octobre le quotidien Moskovski Komsomolets.

    Deux citoyens russes ont créé en Syrie une entité territoriale qui n’est subordonnée ni aux autorités ni à l'opposition armée, rapporte lundi 28 octobre le quotidien Moskovski Komsomolets.

    Selon une source du ministère russe de la Défense, ils auraient pris le contrôle du village Mashhad Ruhin au nord du pays (la grande ville la plus proche de Raqqa) et auraient tenté d'y instaurer les normes de la charia.

    Ce village a été capturé au printemps mais la nouvelle vient de filtrer. "Abou Khalif et Abou Banat sont deux wahhabites qui combattent en Syrie. En avril 2013 ils ont créé, dans un village pris par l'opposition, un "khalifat indépendant" où ils ont proclamé un gouvernement autonome et les normes de la charia", a déclaré la source.

    Selon cet informateur, Abou Khalif serait en réalité Chamil Izmaïlov - un citoyen russe né en 1980 à Astrakhan. "En 2006 il a étudié dans une école d'Egypte et plus tard, à Alexandrie, il a créé avec son frère Arsen un centre de formation pour les ressortissants de pays de la CEI", explique la source. Et d’ajouter : "Cet établissement était principalement fréquenté par des islamistes radicaux, qui étaient appelés par les "instructeurs" du centre à combattre dans le Nord-Caucase russe".

    "Chamil Izmaïlov a été expulsé d'Egypte et en 2012,  il s'est rendu en Syrie pour rejoindre les groupes armés clandestins qui combattent contre le gouvernement syrien", dévoile la source.

    D'après les renseignements russes, le vrai nom du second Russe à avoir créé l’enclave islamiste est Magomed Abdourakhmanov, né au village de Khadjalmakhi, dans le district de Levachi au Daghestan.

    "Il a servi par le passé à la Direction pour la lutte contre l'extrémisme au ministère daghestanais de l'Intérieur, d'où il a été renvoyé pour lâcheté et autres comportements portant atteinte à l'honneur d'un agent des forces de l'ordre", affirme la source. Après cela, Abdourakhmanov a adhéré à l'idéologie religieuse radicale, rejoint le réseau clandestin daghestanais et s'est rendu en Syrie en 2012 avec ses partisans.

    "En avril 2012, Abou Khalif (Chamil Izmaïlov) et Abou Banat (Magomed Adbourakhmanov) ont créé en Syrie un groupuscule insubordonné aux autorités et aux autres forces de l'opposition sur le territoire du village qu’ils avaient pris. Selon certaines informations, Abdourakhmanov aurait personnellement exécuté deux prêtres orthodoxes cet été dans ce village", a déclaré la source.

    D'après elle, les dirigeants de l'Armée syrienne libre (ASL) ont désapprouvé l'idée du "khalifat" créé par deux ressortissants russes, entraînant un conflit entre les deux groupes armés qui aurait fait près de 30 morts.

    "A l'heure actuelle, les forces de l'ASL ont installé des postes de contrôle sur le périmètre du "khalifat" d'Izmaïlov et s'efforcent de limiter l'entrée et la sortie des extrémistes russes sur son territoire", déclare la source.

    Les représentants du Service fédéral de sécurité (FSB) russe ont déjà évoqué à plusieurs reprises la participation de ressortissants russes dans les combats en Syrie aux côtés de l'opposition.

    En septembre, le directeur adjoint du FSB Sergueï Smirnov avait déclaré aux journalistes que près de 300-400 ressortissants russes combattaient sur le territoire syrien.

    Dossier:
    Situation politique en Syrie (2930)

    Lire aussi:

    Le FSB publie une vidéo de l’arrestation des membres d’une cellule secrète de Daech
    Quatre extrémistes de Daech planifiant des attentats arrêtés en Russie
    Région de Moscou: une cellule de Daech dirigée par des émissaires étrangers mise au jour
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik