Ecoutez Radio Sputnik
    Lu dans la presse

    Minsk pourrait ignorer le sommet européen à Vilnius

    Lu dans la presse
    URL courte
    0 0 0 0

    Le sommet du Partenariat oriental aura lieu en novembre à Vilnius mais dès aujourd’hui, un forum évoquera les perspectives de cet accord d’association signé entre l’UE, l’Arménie, l’Azerbaïdjan, l’Ukraine, la Géorgie, la Moldavie et la Biélorussie, écrit lundi le quotidien Nezavissimaïa gazeta.

    Le sommet du Partenariat oriental aura lieu en novembre à Vilnius mais dès aujourd’hui, un forum évoquera les perspectives de cet accord d’association signé entre l’UE, l’Arménie, l’Azerbaïdjan, l’Ukraine, la Géorgie, la Moldavie et la Biélorussie, écrit lundi le quotidien Nezavissimaïa gazeta.

    Même si le ministère biélorusse des Affaires étrangères (MAE) n’a encore rien déclaré, les experts pensent que Minsk pourrait être absent du sommet de novembre.

    Le forum qui s’ouvre aujourd'hui est un moment de discussion et des représentants de l'opposition biélorusse y ont donc été invités. Selon les observateurs, c’est déjà un obstacle à la participation des représentants du gouvernement biélorusse, qui ne souhaitent pas dialoguer avec leurs opposants ni en Biélorussie ni à l’extérieur. L’opposition, pourtant, ne rate pas ces rendez-vous : cet événement avait été annoncé par Anatoli Lebedko, chef du parti civil uni d'opposition. C'est aussi lui qui avait annoncé les résultats de la visite, à Minsk, d’une délégation de diplomates polonais et suédois pour préparer le sommet à venir.

    Les invités européens avaient également rencontré les représentants de l'opposition. Pendant leur entretien ils avaient notamment évoqué le fait que Minsk ne voulait pas faire de concessions à l'UE sur les questions fondamentales à ses yeux en prévision du sommet Partenariat oriental. En particulier sur la libération des prisonniers politiques. "Les autorités ont laissé entendre que cette question pouvait être réglée par le biais de la formule : stylo – papier – recours en grâce. C'est la voie optimale pour le gouvernement", a déclaré Anatoli Lebedko. Cependant, ce n'est pas une proposition nouvelle : les prisonniers "politiques" prêts à demander un recours en grâce l'ont déjà fait.

    Tout dans les actes et les déclarations de Minsk, jusqu’à l'absence d'informations concernant la participation au forum d'aujourd'hui ou le niveau de représentation au sommet, laisse à penser que Minsk a fait son choix géopolitique. Le tout dans un contexte où des bruits circulent selon lesquels Loukachenko se verrait refuser un visa Schengen même s'il décidait de se rendre à Vilnius.

    Aujourd’hui Loukachenko fait avancer la locomotive d'intégration postsoviétique à coups de hochements de têtes approbateurs vers le président russe Vladimir Poutine. Ses efforts seront généreusement récompensés. "Comparez les ressources dépensées par la Russie et l'UE dans la course pour l'influence dans cette région : les subventions russes au profit de la Biélorussie s'élèvent à près de 10 milliards par an simplement grâce aux bas tarifs pratiqués sur les hydrocarbures. Cette année l'UE a dépensé seulement 600 millions d'euros pour le soutien de six pays membres du Partenariat oriental - les chiffres sont incomparables", souligne la politologue biélorusse Valeri Karbalevitch. En s'appuyant sur ces informations l'expert ne prévoit aucun changement dans les relations Minsk-Bruxelles à court terme. "Tant que l'UE est plongée dans ses propres problèmes, elle sera incapable de faire jeu égal avec la Russie pour le contrôle de la région. Elle ne sera pas prête à allouer des ressources et n'aura pas de stratégie efficace d'influence sur la Biélorussie".

    L'opposition biélorusse ne croit pas non plus que le gouvernement actuel choisira l'UE. Le Front de la jeunesse d'opposition a évoqué hier l'erreur de Bruxelles d'avoir invité la Biélorussie au sommet de Vilnius et a appelé à revenir à la pratique des sanctions.

    Selon les experts, puisque l'intégration postsoviétique est couronnée de succès et que la Russie promet d'annuler toutes les contraintes énergétiques, Minsk pourrait aller jusqu'à ignorer le sommet de Vilnius.

     

    Lire aussi:

    Minsk indigné par l’attitude de la police française à l’égard de son équipe de hockey
    Défense russe: les manœuvres russo-biélorusses purement défensives
    Kiev adresse une note à Minsk pour un film russe consacré aux événements en Crimée
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik