Ecoutez Radio Sputnik
    Lu dans la presse

    Virage stratégique pour les missions commerciales russes

    Lu dans la presse
    URL courte
    0 1 0 0

    Le ministère russe du Développement économique change de stratégie internationale et veut renforcer ses missions commerciales dans les pays de la CEI, en Asie du Sud-Est, en Amérique latine et en Afrique, écrit mardi le quotidien Izvestia.

    Le ministère russe du Développement économique change de stratégie internationale et veut renforcer ses missions commerciales dans les pays de la CEI, en Asie du Sud-Est, en Amérique latine et en Afrique, écrit mardi le quotidien Izvestia.

    D'après Rafael Abramian, directeur adjoint du département pour le développement et le contrôle de l'activité économique extérieure du ministère, les missions commerciales seront renforcées avec du personnel de grandes compagnies et des régions russes frontalières.

    Les représentations commerciales seront également rejointes par de jeunes diplômés : un groupe d'étudiants en fin d'études a notamment été formé à l'Académie du commerce extérieur. Ils suivent en ce moment un cursus sur les particularités de travail des missions commerciales russes.

    Il y a un an Alexeï Likhatchev, vice-ministre du Développement économique, avait déclaré que l'institution des missions commerciales était inefficace et avait promis de la réformer. Il avait expliqué que le travail de ces organisations serait évalué par le système ICP (indicateur clé de performance) utilisé par les entreprises commerciales.

    Le vice-ministre avait également promis de fermer les missions qui ne rapportaient pas de contrats concrets mais aucune des 53 en fonctionnement n'a été fermée en 2013. Au contraire, on prépare l'ouverture de deux autres représentations en Afrique du Sud et à Cuba.

    Vladislav Korotchkine, vice-président d'Opory Rossii (Piliers de Russie), note qu’avant le début de la réforme les missions commerciales russes n'arrivaient pas à promouvoir les produits nationaux sur les marchés étrangers.

    "La réorientation vers les pays du Tiers monde est dictée par l'aspiration de la Russie à promouvoir ses technologies, pense l'expert. Elles ne sont pas pertinentes en Europe ou aux USA mais nécessaires, au contraire, dans ces pays. Mais la Russie ne doit pas renoncer à promouvoir ses produits dans les pays développés – elle a des choses à proposer à l'Europe et aux USA."

    Selon l'expert, les grandes entreprises savent elles-mêmes commercer dans d'autres pays, ce qui n'est pas le cas des petites et moyennes entreprises, pour qui l'assistance de l'Etat est plus importante.

    "Les pays asiatiques sont devenus le centre de l'économie mondiale et si la Russie ne travaille pas dans cette direction elle perdra définitivement sa compétitivité mondiale", estime Dmitri Souslov du Centre d'études européennes et internationales au Haut collège d'économie. La Russie a déjà réussi à trouver sa niche dans les économies de ces pays avec les technologies agricoles et technologiques, la chimie et la pétrochimie.

    Lire aussi:

    «Un grand jeu en cours»: pourquoi les USA menacent la Chine d'une guerre commerciale
    Le dossier nord-coréen n’est-il qu’un prétexte pour une guerre commerciale contre Pékin?
    L'économie allemande perd des milliards d'euros à cause des sanctions antirusses
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik