Ecoutez Radio Sputnik
    Lu dans la presse

    Les navires russes escortent le convoi d’armes chimiques syriennes

    Lu dans la presse
    URL courte
    Armes chimiques syriennes (496)
    0 01

    Ce matin au ministère russe de la Défense, les discussions ont porté sur l'opération sans précédent menée par les marins russes et leurs homologues étrangers en Méditerranée, écrit mercredi 15 janvier le quotidien Rossiïskaïa gazeta.

    Ce matin au ministère russe de la Défense, les discussions ont porté sur l'opération sans précédent menée par les marins russes et leurs homologues étrangers en Méditerranée, écrit mercredi 15 janvier le quotidien Rossiïskaïa gazeta.

    Ces derniers escortent en effet les navires chargés d’armes chimiques syriennes, soit 20 tonnes de gaz moutarde mortel qui doivent quitter le pays avant le 31 mars prochain. Fin juin les produits chimiques syriens devront être détruits intégralement.

    La Russie ne participe pas directement à l'élimination des armes de destruction massive syriennes mais Moscou, comme d’autres Etats, s’est engagé à assurer la sécurité du transport des armes chimiques au port de Lattaquié puis par la mer, vers les lieux où ils seront détruits.

    L'itinéraire étant essentiellement maritime, l'unité opérationnelle de la marine russe en Méditerranée joue un rôle particulier dans cette mission. Huit navires de combat et de logistique menés par le croiseur nucléaire lourd Petr Veliki (Pierre le Grand) se rendent sur place à l'heure actuelle. Un centre de coordination a été déployé à son bord, composé de marins russes mais aussi d’officiers de liaison des forces navales danoises, norvégiennes et chinoises.

    La semaine dernière, le Pierre le Grand et la frégate chinoise Yan Cheng avaient escorté et assuré la sécurité du cargo danois Ark Futura qui transportait la première partie des armes chimiques.

    "L'équipage du croiseur a rempli sa mission avec succès", a rapporté aujourd'hui le capitaine de vaisseau Oleg Pechkourov, commandant de l'unité opérationnelle de la marine en Méditerranée, au ministre russe de la Défense Sergueï Choïgou par vidéoconférence.

    Le ministère russe n'a pas précisé la destination exacte du chargement syrien mais selon certaines informations il transitera par l'Italie. D'après les généraux russes, la première phase de l'opération réalisée en Méditerranée le 7 janvier était effectivement sans précédent : il n’y avait jamais eu de coopération de ce genre entre les navires russes et chinois au cours d'une opération militaire.

    Le croiseur nucléaire lourd Pierre le Grand est toujours en Méditerranée. Son équipage est prêt à continuer d'évacuer les armes chimiques syriennes mais cette mission pourrait être prise en charge par le groupe d'aviation naval de la flotte du Nord avec le porte-avions lourd Amiral Kouznetsov, le destroyer Amiral Levtchenko, le grand navire de débarquement Olenegorski Gorniak et trois navires logistiques. Ils sont déjà en route pour se rendre à l'est de la Méditerranée.

    Mais pourquoi faire appel à un contingent naval aussi important dans le cadre d'une mission de "soutien" ? Le ministère de la Défense explique que le transport des armes chimiques était une mission trop importante pour être confiée à des navires de débarquement par exemple.

    "Le convoi doit garantir la sécurité des navires transportant ce chargement dangereux contre les frappes aériennes, terrestres et maritimes, y compris sous-marines. Seuls les navires disposant de systèmes appropriés d'identification et d'élimination de cibles sont à même de remplir cette mission", a déclaré une source du ministère de la Défense.

     

    Dossier:
    Armes chimiques syriennes (496)

    Lire aussi:

    En Méditerranée, la marine russe surveille les navires de l’US Navy et de ses alliés
    Un navire de débarquement russe entre en Méditerranée
    Un amiral russe détaille l’avenir du groupe naval de la Russie en Méditerranée
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik