Ecoutez Radio Sputnik
    Lu dans la presse

    Le Maïdan se rapproche de plus en plus de l'extrême-droite

    Lu dans la presse
    URL courte
    Règlement de la situation en Ukraine (2014) (2149)
    0 0 0

    La campagne électorale a commencé en Ukraine, deux mois avant l'élection présidentielle prévue le 25 mai. L'ex-première ministre Ioulia Timochenko a présenté un programme d'action développé pour la première fois depuis sa libération. De son côté l'organisation radicale Secteur droit s'est transformée en parti politique et son leader Dmitri Iaroch a confirmé son intention de se présenter à la présidentielle, écrit lundi le quotidien Kommersant.

    La campagne électorale a commencé en Ukraine, deux mois avant l'élection présidentielle prévue le 25 mai. L'ex-première ministre Ioulia Timochenko a présenté un programme d'action développé pour la première fois depuis sa libération. De son côté l'organisation radicale Secteur droit s'est transformée en parti politique et son leader Dmitri Iaroch a confirmé son intention de se présenter à la présidentielle, écrit lundi le quotidien Kommersant.

    Ioulia Timochenko n'a pas dévoilé ses plans et ses priorités au congrès du parti, mais à la télévision. Elle a pris l’habitude de s'exprimer dans ce format depuis la révolution orange de 2004. La chef de file du parti Patrie a exigé l'organisation de législatives anticipées, qualifiant la Rada (le parlement ukrainien) de "nid de vipères", bien que ses partisans la contrôlent actuellement.

    Timochenko prône également un système de partis pour l'avancement des candidats et s'oppose au système majoritaire. Elle appelle à créer un QG de réaction opérationnelle à la situation en Crimée et a évoqué le caractère inadmissible de la fédéralisation de l'Ukraine. L'ex-première ministre a affirmé qu'elle aurait la santé pour se battre, même après qu'on ait tenté de lui "briser" la colonne vertébrale – dans le sens premier et figuré du terme.

    Le discours de Ioulia Timochenko est loin d'avoir fait bonne impression à tous les électeurs potentiels. Le campement de protestation de Kiev a accroché des affiches "Ioulia, tu es libre !", insinuant que la "princesse orange" était libérée de ses fonctions de leader de la révolution.

    Un rassemblement a également eu lieu hier, baptisé "Maïdan 3.0. Changement du système", qui était dirigé contre le nouveau pouvoir en Ukraine.

    Les organisateurs de ce nouveau Maïdan – des étudiants, des journalistes, des politologues – pensent que le nouveau gouvernement ne fait pas ce pour quoi le peuple s'était battu, qu'il est inefficace et pense avant tout à préserver ses propres privilèges. Par exemple, il n'a toujours pas levé l'immunité des députés et n'a pas réussi à garder la Crimée. A en juger par les déclarations des orateurs, la seule chose qui retient les opposants de "brûler tous les bâtiments administratifs et de virer les politiciens de leurs cabinets" est la menace extérieure.

    Dans ce contexte de colère contre le gouvernement croît la popularité des forces politiques radicales, notamment du Secteur droit extrémiste qui s'est récemment enregistré en tant que parti. Pour accélérer la procédure d'enregistrement, il a été décidé que l’Assemblée nationale ukrainienne prenne le nom de Secteur droit, l'une des plus anciennes organisations nationalistes dont les représentants ont participé aux combats dans le Caucase du Nord du côté de l'Itchkérie libre.

    Le fait que l’Assemblée nationale ukrainienne, existant depuis plus de cinq ans, prenne le nom de Secteur droit, lui permet de participer à la présidentielle et aux législatives. Les radicaux ont avancé leur leader Dmitri Iaroch en tant que candidat à la présidentielle.

    Cherchant à reprendre l'initiative, le parti nationaliste Svoboda, en perte d'influence, a annoncé une campagne nationale contre la venue en Ukraine d'"artistes russes qui ne respectent pas l'intégrité de l'Ukraine". Le député du parti Igor Mirochnitchenko a exigé d'interdire de séjour en Ukraine les célébrités russes qui ont soutenu l'intégration de la Crimée à la Russie ,au nom de Svoboda et de toute la "communauté patriote".

    Dossier:
    Règlement de la situation en Ukraine (2014) (2149)

    Lire aussi:

    Timochenko donne la date d'une éventuelle désintégration de l'Ukraine
    Porochenko destitué? Du moins, il aurait «mérité d’être évincé du pouvoir 5 fois»
    Affaire Manafort: la diplomatie russe pointe des imprécisions
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik