Lu dans la presse
URL courte
Règlement de la situation en Ukraine (2014) (2149)
0 11
S'abonner

Le secrétaire général de l'Onu Ban Ki-moon a déclaré que l'envoi de casques bleus dans le sud-est de l'Ukraine n’était pas à l’ordre du jour, lors d’une réunion du Partenariat mondial pour une coopération efficace au service du développement à Mexico", écrit jeudi 17 avril le quotidien Nezavissimaïa gazeta.

Le secrétaire général de l'Onu Ban Ki-moon a déclaré que l'envoi de casques bleus dans le sud-est de l'Ukraine n’était pas à l’ordre du jour, lors d’une réunion du Partenariat mondial pour une coopération efficace au service du développement à Mexico", écrit jeudi 17 avril le quotidien Nezavissimaïa gazeta.

Cette proposition avait été avancée par Alexandre Tourtchinov, président ukrainien par intérim. Le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov estime que cette initiative "dépasse les bornes.

Une réunion sur la normalisation de la situation en Ukraine se tiendra aujourd'hui à Genève avec la participation de la Russie, des Etats-Unis, de l'Union européenne et de l'Ukraine.

Selon Sergueï Lavrov, son thème central devrait être la réforme constitutionnelle en Ukraine.

Ce dernier a également déclaré que l'initiative de Kiev "d’inviter l'Onu à participer aux actes illégitimes commis dans le sud-est du pays" était "inadmissible". "Ca dépasse les bornes", a-t-il ajouté. Il commentait l’éventuelle implication de l'Onu dans une "opération conjointe" dans la région, demandée lundi à Ban Ki-moon par Alexandre Tourtchinov lors d’une conversation téléphonique.

Le surlendemain, le secrétaire général de l’Onu répondait dans une interview accordée à la revue mexicaine Reforma : Il était très sceptique quant à l'éventualité d'envoyer des casques bleus de l'Onu en Ukraine. "Il ne semble pas très pratique d'envoyer des troupes pour le moment", a-t-il déclaré.

Ban Ki-moon a rappelé que l'organisation d'une telle opération était impensable sans le mandat du Conseil de sécurité. "Sans un mandat clair et l'autorisation du Conseil de sécurité, je ne peux prendre aucune mesure", a-t-il déclaré, sachant que la Russie utiliserait certainement son droit de veto si cette question était soulevée au Conseil de sécurité.

Certains pays appellent à appliquer le paragraphe 3 de l'article 27 de la Charte de l'Onu, qui stipule que les décisions du Conseil de sécurité sont considérées comme adoptées si neuf de ses membres votaient pour, y compris tous les membres permanents sachant que la partie impliquée dans le conflit devait s'abstenir du vote. Cependant, un expert en droit international a réfuté qu'il ne voyait aucune raison à ce que le Conseil de sécurité applique cet article de la Charte.

D'après cet expert, le Conseil de sécurité ne tentera pas d'organiser un vote sur l'Ukraine compte tenu des intérêts de la Russie, des USA et de l'Otan. Les Etats-Unis et l'Alliance ont déjà confirmé qu'ils n'avaient pas l'intention d'envoyer en Ukraine des troupes pour participer aux éventuelles opérations militaires ou en tant que casques bleus car cela pourrait entraîner une confrontation directe avec la Russie - ce que les USA et l'UE cherchent justement à éviter.

Dans la nuit de mercredi à jeudi, à l'initiative de la Lituanie, le Conseil de sécurité des Nations unies devait organiser une réunion sur les droits de l'homme dans l'est de l'Ukraine. Un rapport était supposé être présenté par le sous-secrétaire général de l'Onu aux droits de l'homme
Ivan Simonovic, qui s'était rendu en Ukraine à deux reprises en mars et avait préparé un texte sur le respect des droits de l'homme dans ce pays. Ce document a été présenté à Genève le 15 avril.

Le ministère russe des Affaires étrangères a critiqué ce document de 30 pages, affirmant qu’il avait été "fabriqué pour s'adapter à des conclusions dictées d’avance, pour lesquelles il n'était pas forcément nécessaire d'aller en Ukraine". Selon le porte-parole du ministère
Alexandre Loukachevitch, ce rapport est "unilatéral, politisé, pas objectif et ne reflète pas la situation réelle dans le pays".

Dossier:
Règlement de la situation en Ukraine (2014) (2149)

Lire aussi:

Une meute de loups dévore un chien et oblige un homme à grimper dans un arbre en centre-ville – vidéo choc
La journée des câlins «dégénère» sur le plateau de TPMP d’Hanouna - vidéo
Un Algérien et une Marocaine interpellés pour adultère, ils risquent jusqu’à deux ans de prison au Maroc
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via FacebookCommenter via Sputnik