Lu dans la presse

Après l'Afghanistan, quelle mission pour l'armée américaine?

Lu dans la presse
URL courte
Situation en Afghanistan (730)
0 53
S'abonner

A l'issue de la campagne d'Afghanistan en décembre 2014, Washington compte maintenir 9 800 soldats dans le pays selon un plan dévoilé mardi par le président américain Barack Obama, écrit jeudi 29 mai le quotidien Nezavissimaïa gazeta.

A l'issue de la campagne d'Afghanistan en décembre 2014, Washington compte maintenir 9 800 soldats dans le pays selon un plan dévoilé mardi par le président américain Barack Obama, écrit jeudi 29 mai le quotidien Nezavissimaïa gazeta.

Hier, le président a également tenu un discours à l'Académie militaire de West Point, consacré aux nouveaux fondements de la politique étrangère de son administration, notamment dans les relations russo-américaines à la lumière de la crise ukrainienne. Il devrait apporter des précisions à ce sujet en juin à Varsovie.

L'année 2014 marquera la fin de la guerre des USA en Afghanistan. "Nous terminerons notre mission dans ce pays d’ici la fin de l’année et la guerre la plus longue qu’ait connue l’Amérique sera enfin finie", a souligné Obama. "Non seulement nous pouvons terminer la guerre en Afghanistan et atteindre les objectifs qui nous ont entraînés dans la guerre, mais nous serons également capables de commencer un nouveau chapitre dans l'histoire du leadership américain à travers le monde". C'est à ce chapitre qu'était consacré le discours du président à l'occasion de  la remise des diplômes à plus de 1 000 aspirants de l'académie.

Il faut en effet définir le nouveau rôle des Etats-Unis dans le monde au sortir de deux longues guerres – en Afghanistan et en Irak. L'achèvement de ces campagnes rend disponible l'armée américaine pour de nouvelles activités et d'après le discours du président, elles devraient toujours être orientées vers l'élimination d'Al-Qaïda. Seule nuance: l'approche devra être différente dans la mesure où le réseau terroriste s'est réparti en branches régionales distinctes.

Le président américain a souligné que la Syrie se transformait rapidement en foyer de terrorisme et qu'il fallait donc accroître le soutien à l'opposition armée. Les programmes d'entraînement pour les rebelles, supervisés par la CIA en Jordanie, pourraient être élargis grâce à l'implication du Pentagone ou la création de nouvelles bases d'entraînement dans des pays voisins. Obama a également promis davantage d'aide à l'Irak, à la Jordanie, à la Turquie et à d'autres pays frontaliers de la Syrie pour lutter contre le terrorisme. De plus, les troupes spéciales américaines forment des unités antiterroristes dans quatre pays d'Afrique – la Libye, le Niger, la Mauritanie et le Mali.

Il faut d'abord terminer la campagne afghane. Début 2015, 9 800 soldats américains (pour 32 000 hommes actuellement) seront déployés à travers l'Afghanistan. D'ici fin 2015, la moitié d'entre eux restera pour maintenir un contingent à Kaboul et à la base aérienne de Bagram. Après 2016, moins de mille militaires resteront dans le pays pour assurer la sécurité de l'ambassade des Etats-Unis, former les forces de sécurité afghanes et soutenir les opérations antiterroristes.

Le représentant spécial du président russe pour l'Afghanistan Zamir Kaboulov a associé le plan d'Obama au calendrier de la vie politique aux USA: "Je pense que cette période de deux ans s'explique par l'élection présidentielle qui se déroulera en 2016. Quand il a brigué son second mandat le président Obama avait promis de mettre un terme aux deux guerres dans lesquelles les USA étaient impliqués. Visiblement, cette décision signifie qu'ils les terminent. Néanmoins la guerre continue. Les Américains l'ont déclenchée mais elle continue indépendamment de leur volonté. Et leur décision de mettre fin à la guerre ne changera pas les réalités".

Dossier:
Situation en Afghanistan (730)

Lire aussi:

L’Armée de l’air d’un pays maghrébin classée première puissance en Afrique par Military Watch Magazine
Un astéroïde frôlera la Terre en septembre, passant cinq fois plus près que la Lune, avertit la NASA
Un homme désigné comme l'un des agresseurs du chauffeur de bus à Bayonne porte plainte
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook