Ecoutez Radio Sputnik
    Système antiaérien Pantsir-S1

    La Russie première exportatrice mondiale de navires et de systèmes antiaériens

    © Sputnik . Sergei SubbotinOn accorde "Tsentral le Partenaire"
    1 / 2
    Lu dans la presse
    URL courte
    0 60
    S'abonner

    Dominant 27% du marché mondial, la Russie figure à la première place du classement des exportations de matériel et d'armements navals, écrit mardi 8 juillet le quotidien Nezavissimaïa gazeta.

    Dominant 27% du marché mondial, la Russie figure à la première place du classement des exportations de matériel et d'armements navals, écrit mardi 8 juillet le quotidien Nezavissimaïa gazeta. Une annonce faite hier par le président russe Vladimir Poutine pendant la réunion trimestrielle de la Commission russe pour la coopération militaro-technique. Le président a suggéré d'évoquer de manière séparée les problèmes de fourniture de matériel pour la marine.

    Vladimir Poutine a déclaré qu'au premier semestre 2014, la Russie avait vendu pour 5,6 milliards de dollars d'armes et de matériel militaire - sachant que le portefeuille total des commandes étrangères avoisine les 50 milliards de dollars.

     

    La Russie demeure l'un des leaders du marché mondial des armes, à la deuxième place derrière les États-Unis. Fin 2013, le marché se répartissait de manière suivante: 29% pour les USA, 27% pour la Russie, 7% pour l'Allemagne, 6% pour la Chine et 5% pour la France.

    La Russie fournit près d'un tiers des systèmes de défense antimissile en circulation dans le monde. Leur part dans les exportations russes en 2013 est passée de 13 à 20%. Plus de 70 pays utilisent des systèmes sol-air russes qui, comme tout matériel sophistiqué et novateur, sont très coûteux. Mais les guerres régionales des 20-30 dernières années ont montré la domination des moyens offensifs aériens. Par conséquent, le renforcement de la défense antiaérienne est une tendance mondiale eEt les systèmes russes S-300, S-400, Tor-M2E, Pantsir-S1 et Buk-M2 figurent parmi les meilleurs du marché en matière de performances, de fiabilité et de simplicité d'utilisation.Le président russe estime qu'il ne faut pas en rester là. "Il est important aujourd'hui d'assurer le développement progressif de l'ensemble de la coopération militaro-technique, des liens internationaux en la matière, de renforcer la présence de la Russie sur le marché mondial des armements - ce qui devrait aider les entreprises russes de l'armement à planifier l'expansion et la modernisation de la production et à créer de nouveaux emplois", a-t-il introduit. Il a proposé d'évoquer les solutions permettant d'améliorer l'efficacité de la coopération militaro-technique et en particulier, évoquer séparément les problèmes de fourniture du matériel naval.

    Le président a rappelé la fin de la remise en état du porte-avions destiné à la marine indienne. Le matériel naval représente près de 15% du portefeuille des commandes étrangères de l'industrie de défense russe. Mais selon les estimations des experts, au niveau international les États auraient l'intention d'allouer près de 100 milliards de dollars au réarmement de leurs flottes. Par conséquent, la concurrence sera plus active. "Je pense qu'il est nécessaire de suivre attentivement toutes les tendances dans ce sens et j'attends  des propositions concrètes de votre part, chers collègues, pour renforcer les positions de la Russie comme l'un des principaux fournisseurs de matériel naval dans le monde", a demandé Vladimir Poutine aux membres de la commission

    Une attention particulière sera accordée au développement de la Compagnie unifiée de construction navale (OSK), car tous les problèmes du secteur sont liés à sa gestion, plus précisément à sa mauvaise administration, qui entraîne des retards fréquents dans la mise en œuvre des contrats d'exportation, des dépenses supplémentaires et une basse qualité de la production

    Il est à noter que le président n'a pas mentionné l'aviation – un secteur central dans les exportations d'armes russes. La Compagnie aéronautique unifiée (OAK) mène effectivement avec succès ses contrats d'exportation et accroît progressivement ses livraisons. Son portefeuille de commandes est rempli à long terme.

    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik