Ecoutez Radio Sputnik
    Lu dans la presse

    Crash du vol MH17: un avion de chasse ukrainien aperçu avant la catastrophe

    Lu dans la presse
    URL courte
    Crash d'un Boeing malaisien en Ukraine (284)
    0 10

    Le 17 juillet 2014, jour où le Boeing 777 de la compagnie Malaysia Airlines s'est écrasé dans la région de Donetsk - faisant 298 victimes - les radars russes ont repéré un chasseur de l'armée de l'air ukrainienne, a priori un Su-25, qui se trouvait à 3-5 km de l'avion de ligne, écrit mardi 22 juillet le quotidien Kommersant.

    Le 17 juillet 2014, jour où le Boeing 777 de la compagnie Malaysia Airlines s'est écrasé dans la région de Donetsk - faisant 298 victimes - les radars russes ont repéré un chasseur de l'armée de l'air ukrainienne, a priori un Su-25, qui se trouvait à 3-5 km de l'avion de ligne, écrit mardi
    22 juillet le quotidien Kommersant. Cette information a été annoncée lors d'une conférence de presse au ministère russe de la Défense par le général Andreï Kartapolov, chef du commandement opérationnel de l'État-major général de l'armée russe.

    Ce dernier explique qu'un Su-25 peut monter rapidement à une altitude de 10 000 mètres.
    "Son arsenal standard inclut des missiles air-air R-60 pouvant verrouiller et détruire une cible jusqu'à 12 km, et garantissant la destruction d'un objectif jusqu'à 5 km", affirme le général.

    Dans ce sens, la Russie demande à Kiev d'expliquer pourquoi un avion militaire se trouvait sur un itinéraire de l'aviation civile. Le ministère russe de la Défense a également demandé aux Américains de fournir les données de leur reconnaissance satellite. Le ministère a rappelé qu'un satellite de reconnaissance militaire américain destiné à détecter et suivre les lancements de missiles survolait cette région au moment du crash. "Si les Américains ont des images de ce satellite, nous leur demandons de les soumettre à la communauté internationale pour une analyse détaillée", a déclaré Andreï Kartapolov.

    Crash d'un Boeing malaisien en Ukraine >>

    Le ministère de la Défense a également noté que le Boeing malaisien se trouvait dans une zone couverte par les systèmes antiaériens ukrainiens Bouk. Au moins trois divisions de DCA auraient ainsi été déployées dans la zone du crash le 17 juillet. En revanche, le ministère russe de la Défense a démenti le transfert aux miliciens du Donbass d'armes russes, y compris des Bouk qui auraient pu servir à abattre le vol MH17, et voit dans les images témoignant du passage d'un Bouk d'Ukraine en Russie "une falsification". "C'est une manipulation des faits. Ces images ont été prises dans la ville de Krasnoarmeïsk (contrôlée par l'armée ukrainienne), comme le confirme le panneau publicitaire au bord de la route, où est indiquée l'adresse d'un concessionnaire automobile: 34, rue Dnepropetrovskaïa", a déclaré Andreï Kartapolov.

    Le Boeing 777 de Malaysia Airlines, qui effectuait la jonction Amsterdam-Kuala-Lumpur, s'est écrasé le 17 juillet dans la région de Donetsk à 51 km de la frontière russe. Selon les informations préliminaires, l'avion avec 298 personnes à bord aurait été abattu par un missile. Immédiatement après la tragédie les belligérants se sont mutuellement accusés de "terrorisme aérien".

    Dossier:
    Crash d'un Boeing malaisien en Ukraine (284)

    Lire aussi:

    Moscou: l’enquête de Bellingcat sur le crash du MH17 «ne donne pas de réponses»
    Poutine: les USA ont des données sur le crash du MH17 mais ne les dévoilent pas
    Comité d’enquête russe: l'implication d'un Bouk russe dans le crash du MH17 non confirmée
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik