Ecoutez Radio Sputnik
Lu dans la presse

La Russie et l'Iran s'unissent face aux sanctions occidentales

Lu dans la presse
URL courte
Sanctions contre la Russie (826)
022730

La Russie et l'Iran ont signé un protocole d'entente prévoyant un élargissement important de leur coopération économique, a annoncé hier le ministère russe de l'Energie, écrit mercredi 6 août le quotidien Kommersant.

La Russie et l'Iran ont signé un protocole d'entente prévoyant un élargissement important de leur coopération économique, a annoncé hier le ministère russe de l'Energie, écrit mercredi 6 août le quotidien Kommersant. Cela confirme la préparation d'une transaction d'envergure entre Moscou et Téhéran: la Russie achèterait le pétrole iranien et fournirait en échange à l'Iran des voitures, des équipements, des métaux, des céréales et des services. Selon les sources du gouvernement russe, les USA ont tenté de faire échouer ces accords. Parallèlement à l'assouplissement des sanctions internationales contre Téhéran, les compagnies russes ne sont pas les seules à s'activer – leurs concurrents, y compris occidentaux, travaillent également dans ce sens.

"Ce mémorandum implique l'élargissement de la coopération commerciale et économique dans les domaines de la construction et reconstruction des capacités de production, du développement de l'infrastructure électrique, dans le secteur pétrolier et gazier, ainsi que pour la fourniture de voitures, d'équipements et de produits de grande consommation", explique le ministère de l'Energie. Ce dernier précise que les contrats seront évoqués concrètement les 9 et 10 septembre à Téhéran lors de la réunion de la commission intergouvernementale russo-iranienne.

Comme l'a expliqué l'ambassadeur de Russie à Téhéran Levan Jagarian, l'Iran pourrait exporter en Russie du pétrole brut mais aussi des produits pétrochimiques, du ciment, des tapis et des fruits et légumes traités. L'argent récolté par l'Iran servira à acheter en Russie des produits et des services. Selon l'ambassadeur d'Iran à Moscou Mehdi Sanai, Téhéran souhaiterait acheter des installations mécaniques, des rails, des camions lourds, des métaux et des céréales russes.

Selon des sources du gouvernement russe, les Etats-Unis ont tenté de mettre en échec cette transaction en menaçant les compagnies russes et iraniennes d'adopter des sanctions. La Maison blanche insiste sur le fait que l'activation de la coopération russo-iranienne va à l'encontre de toutes les sanctions anti-iraniennes et des accords intermédiaires sur le problème nucléaire iranien (les sanctions américaines ont été assouplies mais pas levées). L'administration Obama craint que les recettes récoltées grâce aux transactions avec Moscou réduise l'intérêt de Téhéran de parvenir à un compromis à long terme sur son programme nucléaire.

Selon les experts, la signature du protocole russo-iranien a lieu aujourd'hui à cause de la détérioration des relations entre la Russie et l'Occident.

D'autre part, la course pour le marché iranien prend de l'ampleur et c'est une autre cause de la réalisation rapide des plans entre Moscou et Téhéran, d'après les experts. Le processus de levée des sanctions contre l'Iran a été lancé fin 2013 et des délégations d'affaires chinoises, britanniques, allemandes, françaises, italiennes, autrichiennes ou encore suédoises se sont déjà rendues à Téhéran. Reuters et le Wall Street Journal ont récemment rapporté, se référant aux sources de l'industrie allemande, que les entreprises allemandes pourraient réorienter leurs investissements dans l'économie russe vers l'Iran en raison de la situation en Ukraine et des sanctions antirusses adoptées par les USA et l'UE. Selon les prévisions de la Chambre allemande de commerce et d'industrie, après l'assouplissement plus poussé des sanctions contre Téhéran, les exportations annuelles allemandes en Iran atteindront 10 milliards d'euros (1,85 milliard d'euros en 2013). "Dès que les sanctions contre l'Iran seront levées, le marché explosera", a déclaré Stephanie Spinner-König de la société allemande Spinner GmbH, qui fabrique des composants pour les équipements high-tech.


Dossier:
Sanctions contre la Russie (826)
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via FacebookCommenter via Sputnik
Grands titres