Ecoutez Radio Sputnik
    Lu dans la presse

    L'UE et la Russie lancent une spirale de sanctions

    Lu dans la presse
    URL courte
    Riposte russe aux sanctions de l’Occident (186)
    0 10
    S'abonner

    L'Union européenne s'indigne et s'inquiète des restrictions que la Russie a imposées sur les importations de marchandises en provenance des pays qui ont adopté des sanctions contre elle en raison de la situation en Ukraine, écrit vendredi 8 août le quotidien Kommersant.

    L'Union européenne s'indigne et s'inquiète des restrictions que la Russie a imposées sur les importations de marchandises en provenance des pays qui ont adopté des sanctions contre elle en raison de la situation en Ukraine, écrit vendredi 8 août le quotidien Kommersant.

    La Commission européenne a qualifié les actes de Moscou de "politiquement engagés" et a promis d'élaborer des mesures de rétorsion. Mais les experts européens soulignent que la "spirale de sanctions mutuelles" n'aidera pas à régler la crise ukrainienne.

    Selon Frédéric Vincent, porte-parole de la Commission européenne, la Russie représente 10% des exportations de produits agricoles de l'UE, soit 12 milliards d'euros en 2013.

    Les entrepreneurs européens sont les plus inquiets. "C'est une situation extrêmement alarmante et j'ai déjà demandé à rencontrer le président François Hollande", a déclaré Xavier Beulin, président de la Fédération nationale des syndicats d'exploitants agricoles (FNSEA). D'après lui, les entrepreneurs français attendent une "politique active de leurs diplomates, ainsi que des explications de la Russie pour savoir quels produits sont concernés par l'interdiction et à quelles conditions ces restrictions pourraient être levées". "C'était vraiment une surprise pour nous. J'ignore comment nous en sommes arrivés là", a-t-il confié.

    "La France fait partie des principaux exportateurs de produits agricoles de l'UE et bien évidemment, ces restrictions la toucheront. A l'heure actuelle, tous les acteurs attendent de savoir comment les restrictions se reflèteront réellement sur l'économie, mais l'ensemble du système de sanctions nuit indéniablement aux entreprises aussi bien russes qu'européennes", déplore David Lasfargue, président de la section russe des Conseillers du commerce extérieur de la France (CCEF).

    "Pour les exportateurs allemands de produits agricoles, la Russie fait partie des plus grands marchés hors UE: nous avons exporté pour 1,5 milliard d'euros dans ce secteur en 2013. De toute évidence, ces exportations devront être suspendues et les effets à long terme seront encore plus problématiques", a déclaré Michael Harms, président de la Chambre de commerce et d'industrie germano-russe à Moscou.

    "Les actes du gouvernement russe auront de sérieuses répercussions pour les producteurs de produits laitiers. Aussi bien les compagnies russes que la population souffriront de ces restrictions", ajoute Heli Tammivuori, responsable du commerce extérieur à la Fédération finlandaise des producteurs de produits alimentaires et de boissons (ETL).

    Les experts européens soulignent que les sanctions mutuelles entre l'UE et la Russie n'aideront pas à régler la crise ukrainienne. "En adoptant des sanctions économiques contre la Russie, l'UE cherchait à montrer qu'elle n'était pas prête à tout lui pardonner. Poutine a également fait preuve de force. Mais cette spirale de sanctions mène à la confrontation et ne contribue par au règlement du problème en Ukraine", a déclaré Stefan Meister, expert de la Société allemande pour la politique étrangère (DGAP). D'après lui, à court terme, l'embargo alimentaire touchera avant tout les producteurs européens, mais à moyen terme c'est la Russie qui sera davantage affectée. Mais selon Konstanty Gebert, directeur du Conseil européen des relations étrangères (ECFR), l'UE est consciente que le prix économique à payer pour la Russie a peu de chances de la pousser à changer sa politique étrangère. Au final, qui sera le plus touché, la Russie ou l'UE? A cette question Vygaudas Usackas, délégué permanent de l'UE à Moscou, répond de manière laconique:

    "La confiance".

    Dossier:
    Riposte russe aux sanctions de l’Occident (186)

    Lire aussi:

    Il prend sa retraite à 24 ans grâce à une épargne agressive
    «L’armée française n’est pas venue au Niger par hasard!» – ministre d’État nigérien
    Des terroristes de Daech arrêtés à Moscou par les forces spéciales russes - vidéo
    Législatives au Royaume-Uni: le camouflet des Britanniques aux médias occidentaux
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik