Ecoutez Radio Sputnik
    Des partisans du mouvement radical Secteur droit

    La haine des Russes est trop forte en Ukraine

    © RIA Novosti . Alexander Maximenko
    Lu dans la presse
    URL courte
    Règlement de la situation en Ukraine (2014) (2149)
    0 21
    S'abonner

    L'Ukraine se débarrasse de la population russe en Nouvelle Russie. Ce n'est pas un hasard et un aléa de la guerre. C'est de la politique, indique l'écrivain russe Guerman Sadoulaev dans son article au quotidien Izvestia.

    L'Ukraine se débarrasse de la population russe en Nouvelle Russie. Ce n'est pas un hasard et un aléa de la guerre. C'est de la politique, indique l'écrivain russe Guerman Sadoulaev dans son article au quotidien Izvestia.

    "Je me trouve loin de la Nouvelle Russie et, certes, je ne vois pas l'état des choses sur place. Mais quand on bombarde des villes et des villages, quand on détruit des immeubles et des sites d'infrastructure civile – la catastrophe humanitaire est inévitable. Qui plus est dans les conditions d'un blocus et de l'opération punitive qui se poursuit. La population pacifique est celle qui souffre le plus dans ces conditions.

    L'Ukraine se débarrasse de la population russe en Nouvelle Russie. Ce n'est pas un hasard et un aléa de la guerre. C'est de la politique. Comme résultat Kiev, voudrait voir ses territoires libérés de la population russe "gênante". J'ignore ce qu'il en sera réellement. J'ai souvent dit qu'il valait mieux éviter de toucher aux Russes. Premièrement parce que sans eux, ce serait rapidement fichu. Deuxièmement, ils peuvent revenir.

    Personne ne commencera une troisième guerre mondiale pour l'Ukraine. Même si ce qui se passe actuellement en Nouvelle Russie est un conflit local très grave et parti pour durer. La guerre entre l'Ukraine et la Nouvelle Russie ne pourrait se terminer rapidement que si l'Ukraine renonçait à ses revendications et retirait ses troupes du territoire de Nouvelle Russie. Sinon, l'effusion de sang durera encore longtemps. La haine des Russes est trop forte en Ukraine. Les Ukrainiens seraient prêts à mourir de faim juste pour rendre la vie plus difficile aux Russes. Ils sont prêts à "se faire couper les deux mains pour que leur voisin se coince un doigt", comme on dit.

    Un scénario pacifique et heureux est impossible. D'ailleurs, l'Ukraine n'y aspire guère. Kiev avait mille et une opportunités de réaliser la fédéralisation et de préserver le sud-est. Cependant, il poursuit un autre objectif: l'évincement de la population russe, la conquête et les répressions. Je soulignerais qu'il s'agit d'une guerre contre la population russe. Parce qu'elle s'est vu refuser la fédéralisation et la représentation politique. Les Russes en Ukraine peuvent vivre seulement comme une "minorité ethnique", sans droit ni représentation politique, sans leur culture, leur langue et sans faire partie du gouvernement.

    Les criminels doivent être traduits en justice, bien entendu. Mais pour cela il faut les vaincre. Seuls les vainqueurs font la justice. Par exemple, les militaires ukrainiens qui ont passé la frontière russe pourraient être enfermés et retenus en Russie jusqu'à la fin des hostilités. Avant de vérifier leur implication dans les crimes de guerre.

    Les enlèvements et la mort de journalistes russes en Ukraine ne sont pas non plus un hasard et un concours de circonstances. Les punisseurs de Kiev font la chasse aux journalistes russes. Je pense que les individus impliqués dans les kidnappings et les assassinats de journalistes doivent être jugés. Ces gens-là ne comprennent que la langue de la force.

    Quant à l'Occident, il prouve que les valeurs universelles ne l'intéressent pas en réalité. Kiev a reçu carte blanche pour commettre des crimes, pourvu qu'il affaiblisse les positions de la Russie dans la région. La couverture des événements en Nouvelle Russie fait partie de la guerre médiatique.

    La Nouvelle Russie n'est qu'un prétexte pour l'Occident. Ce dernier détériore depuis quelque temps ses relations avec la Russie. Sachant que l'UE n'en a absolument pas besoin – ce sont les directives de Washington. Mais l'Europe n'a pas la volonté politique de désobéir aux USA. L'UE applique les directives de Washington même au détriment de ses propres intérêts économiques et politiques.

    La rupture des relations économiques, sérieuses et de longue date, se reflète toujours négativement sur l'économie, les affaires et le secteur social. Mais la Russie sera la moins touchée: les entreprises russes se réorienteront. Ce sera pire et plus difficile pour l'Europe, car on constate dans le monde entier un déficit de demande solvable, notamment pour les produits agricoles, ainsi qu'une pénurie de ressources énergétiques. Certes, les prix en Russie augmenteront. Le niveau de vie pourrait se réduire. Les conflits sont toujours néfastes pour tout le monde. Mais, je le répète, il sera relativement plus facile pour les Russes de survivre à cet embargo qu'aux Européens, qui exportaient une quantité conséquente de leurs produits en Russie.

    Très probablement, une intervention militaire est inévitable. Mais tout doit être fait dans le cadre du droit international.

    Mais la Russie n'accorde aucune aide militaire au niveau intergouvernemental! Seuls quelques volontaires partent. Néanmoins Kiev, l'écume à la bouche, affirme qu'il est en "guerre contre la Russie". Parce que certains n'osent pas reconnaître qu'une poignée de rebelles et de volontaires avec des armes et du matériel acquis dans le combat résiste avec succès aux unités militaires et aux bataillons punitifs."

    Dossier:
    Règlement de la situation en Ukraine (2014) (2149)
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik