Ecoutez Radio Sputnik
    Lu dans la presse

    Kiev s'apprête à envoyer des blindés dans le Donbass

    Lu dans la presse
    URL courte
    Situation explosive dans l'est de l'Ukraine (1212)
    0 13

    L'arrivée d'un bataillon de blindés allemands en Ukraine a provoqué la panique sur les réseaux sociaux, écrit lundi le quotidien Nezavissimaïa gazeta. Des blogueurs affirment que 34 chars allemands Leopard 2 de dernière génération ont mis le cap vers l'est du pays.

    L'arrivée d'un bataillon de blindés allemands en Ukraine a provoqué la panique sur les réseaux sociaux, écrit lundi le quotidien Nezavissimaïa gazeta. Des blogueurs affirment que 34 chars allemands Leopard 2 de dernière génération ont mis le cap vers l'est du pays. En réalité, ces chars sont arrivés d'Allemagne pour participer à l'exercice multinational des forces de l'Otan Rapid Trident et ne seront pas impliqués dans le conflit en Nouvelle-Russie. Mais une autre information retient l'attention: les autorités de Kiev ont lancé une modernisation d'envergure de leur armée.

    Igor Odnoralov, directeur du département Développement et Achats de matériel blindé au ministère ukrainien de la Défense, a récemment annoncé que d'ici la fin de l'année l'armée du pays recevrait 145 nouvelles unités de matériel - chars, avions, radars et autres systèmes - ainsi que des milliers d'armes d'infanterie.

    Selon lui, près de 100 millions de dollars ont été alloués à l'achat de ce nouveau matériel blindé fabriqué en Ukraine.

    Cette somme est conséquente, étant donné que seule la modernisation d'un char ukrainien T-64 à l'usine Malychev de Kharkov coûte 300 000 dollars. Pour mettre en service 100 chars (trois bataillons), seulement le tiers de la somme allouée serait donc nécessaire. Selon son ancien directeur, Vadim Fedossov, l'usine dispose de matériel déjà opérationnel qu'elle serait prête à fournir à l'armée. Une semaine plus tôt, ce dernier se plaignait que le ministère ukrainien de la Défense ne témoignait d'aucun intérêt pour les produits de l'usine... Des conclusions ont visiblement été faites. D'après Igor Odnoralov plusieurs nouveaux chars, deux avions Su-25 modernisés, du matériel antichar et des hélicoptères se trouvent déjà sur le théâtre des opérations dans le sud-est du pays. Une information récemment corroborée par la Garde nationale, qui rapporte sur son site officiel que ses unités dans le Donbass recevaient déjà des chars modernisés T-64 BV-1.

    Vadim Fedossov estime que les T-64 ne seront efficaces que quand ils seront pilotés par des équipages formés. "Le niveau de délabrement de notre armée est à son apogée, comme on le constate aujourd'hui. Nous pouvons lancer du matériel en nombre. Mais qui le conduira? Par exemple, pendant la guerre les Allemands préparaient leurs équipages pendant six mois environ. Sachant qu'ils avaient déjà de l'expérience, on les faisait passer sur les Tigres et seulement après six mois de formation, ils étaient envoyés sur le front", explique-t-il. Selon lui, il serait nécessaire d'instaurer un système identique pour l'armée ukrainienne.

    D'après le colonel Edouard Rodioukov, membre de l'Académie des sciences militaires, le président ukrainien Piotr Porochenko lancera très probablement une grande offensive contre la Nouvelle-Russie au printemps prochain. "Après l'amère expérience qu'il vient de traverser, il modernisera l'armée, formera les troupes et seulement ensuite lancera une offensive contre les insurgés." De plus, avant de lancer cette offensive Kiev doit régler plusieurs problèmes importants, notamment sur le plan énergétique. "Avant la saison froide les autorités ukrainiennes chercheront à s'entendre avec la Russie sur les fournitures de gaz. Kiev règle en parallèle ses problèmes énergétiques en achetant du charbon. Le moyen le moins coûteux serait d'en prendre en Nouvelle-Russie. Par conséquent, les mines du Donbass doivent fonctionner et le charbon extrait doit être acheminé en Ukraine. Mais la production de charbon en Nouvelle-Russie ne reprendra qu'après la paix. Pour l'instant, la trêve profite donc à Kiev, qui ne compte lancer de grande offensive qu'après la saison froide", estime le colonel Edouard Rodioukov.

    Dossier:
    Situation explosive dans l'est de l'Ukraine (1212)

    Lire aussi:

    Donbass: «au lieu de colombes de la paix, Kiev envoie des faucons de la guerre»
    Rapides, performants, gros: les 10 chars les plus spécifiques de l’histoire (photos)
    Un argument d'acier: la Russie organise ses plus grands exercices de chars depuis l'URSS
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik