Ecoutez Radio Sputnik
    Lu dans la presse

    Ukraine: bientôt une fraction néonazie au Parlement?

    Lu dans la presse
    URL courte
    Règlement de la situation en Ukraine (2014) (2149)
    111

    En Ukraine, les législatives anticipées du 26 octobre devraient voir entrer au parlement ukrainien les députés du Bloc de Piotr Porochenko, du Parti radical d'Oleg Liachko et du parti Patrie de Ioulia Timochenko, d'après un sondage réalisé par l'Institut international de sociologie de Kiev, écrit mercredi le quotidien Rossiïskaïa gazeta.

    En Ukraine, les législatives anticipées du 26 octobre devraient voir entrer au parlement ukrainien les députés du Bloc de Piotr Porochenko, du Parti radical d'Oleg Liachko et du parti Patrie de Ioulia Timochenko, d'après un sondage réalisé par l'Institut international de sociologie de Kiev, écrit mercredi le quotidien Rossiïskaïa gazeta.

    D'après cette étude d'opinion, l'équipe du président peut compter sur 40% du soutien de la population, Liachko et son entourage hétérogène sur 11% des suffrages, et presque 8% seraient prêts à voter aujourd'hui pour la liste de Timochenko. Dans la limite du taux d'erreur, la barrière des 5% serait également passée par le Front populaire d'Arseni Iatseniouk et d'Alexandre Tourtchinov, le parti Ukraine forte de Sergueï Tiguipko, la Plateforme civique d'Anatoli Gritsenko, et Svoboda. 29% des personnes interrogées n'ont pas encore fait leur choix.

    Même si l'objectivité et l'impartialité des sociologues ukrainiens sont très discutables, on peut conclure qu'une fraction de fascistes et de russophobes, présents sur pratiquement toutes les listes de parti, pourrait se former prochainement au parlement ukrainien. Même dans la liste du Bloc de Porochenko, on retrouve le ministre actuel de l’Éducation Sergueï Kvit – chercheur et adepte de Stepan Bandera (père du nationalisme ukrainien) - qui se charge aujourd'hui de la "dérussification" de l'éducation ukrainienne.

    La liste de Porochenko et les candidats majoritaires de son bloc attirent également l'attention car les médias ukrainiens affirment déjà que même à l'époque de Viktor Ianoukovitch, "le niveau de népotisme et de copinage n'était pas aussi élevé qu'aujourd'hui".

    Il n'est pas uniquement question du président qui fait venir son fils au parlement, comme son collaborateur Iouri Loutsenko y fait entrer sa femme. Par exemple, l'ex-chef de l'administration présidentielle de Viktor Iouchtchchenko, Viktor Baloga, se présente lui-même accompagné de deux frères et d'un cousin. Sur les listes de Porochenko, on retrouve également le fils de l'ex-président du parlement Vladimir Litvine, qui fait aussi partie du "clan" avec son frère Mikhaïl, chef du service de garde-frontière, et d'autres "proches".

    Dans les rangs des partisans de Porochenko, on note même la présence d'anciens fonctionnaires accusés de corruption à l'époque de Ianoukovitch. Toutefois, les extrémistes pourraient bien dominer au parlement. Du côté du Parti radical de Liachko, cinq commandants de bataillons volontaires (sur une quarantaine d'équipes punitives en tout) ont toutes leurs chances d'entrer au parlement. Au moins une dizaine d'autres "décervelés", y compris le chef du bataillon "Azov" Beletski, se présentent pour le Front populaire. Sans compter les partisans virulents d'une guerre "jusqu'au dernier Ukrainien" – Tourtchinov, Avakov et Iatseniouk.

    "Azov", "Donbass", Secteur droit: les symboles SS revisités en Ukraine >>

    Enfin Nadejda Savtcheko, que l'on peut voir comme une pilote ou une tueuse mentalement déséquilibrée, se trouve en tête de la liste de Timochenko. D'ailleurs en rappelant les propos de cette dernière concernant la bombe atomique qu'il faudrait lancer sur le Donbass, on pourrait inscrire Timochenko dans le rang des extrémistes. La chef de Patrie a déjà oublié ses douleurs de dos insupportables. Elle fait aujourd'hui le tour de l'Ukraine sur ses talons hauts.

    Dossier:
    Règlement de la situation en Ukraine (2014) (2149)
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik