Ecoutez Radio Sputnik
    Lu dans la presse

    Pour Poutine, le chantage par les sanctions est insensé

    Lu dans la presse
    URL courte
    Sanctions contre la Russie (826)
    0 7 0 0

    Les tentatives de pression sur la Russie ne font qu'aggraver la situation, a déclaré le président russe Vladimir Poutine dans une interview au journal serbe Politika, rapporte jeudi 16 octobre le quotidien Rossiïskaïa gazeta.

    Les tentatives de pression sur la Russie ne font qu'aggraver la situation, a déclaré le président russe Vladimir Poutine dans une interview au journal serbe Politika, rapporte jeudi 16 octobre le quotidien Rossiïskaïa gazeta.

    Le chef de l'Etat estime que "le chantage insensé par les sanctions ne permettra pas d'isoler la Russie", tandis que l'économie mondiale, elle, "risque d'être sérieusement touchée".

    Le président russe a demandé aux USA et à l'UE quel était l'objectif des sanctions, "dont il est difficile de comprendre la logique". "Il est évident, pour toute personne objective, que ce n'est pas la Russie qui a contribué au coup d'Etat en Ukraine, qui a conduit à la crise politique actuelle et à la division de la société", a-t-il rappelé. Pour lui, c'est la prise anticonstitutionnelle du pouvoir à Kiev qui a déclenché les événements suivants et notamment sur le dossier criméen: les habitants de la région ont organisé un référendum en parfait accord avec la Charte de l'Onu, qui a débouché sur le rattachement de la péninsule à la Russie.

    La durée des sanctions dépendra des USA et de l'UE. Pour sa part, la Russie évaluera prudemment les risques et les conséquences de l'application des sanctions et y réagira en fonction de ses intérêts nationaux.

    "La Russie continue à tenir ses engagements en matière de livraisons de gaz aux consommateurs européens", a souligné Vladimir Poutine en répondant à la question de savoir si un "hiver froid" attendait l'Europe.

    Des projets tels que le gazoduc Nord Stream permettent de réduire les risques de transit et d'assurer un approvisionnement ininterrompu des pays européens. "Ces derniers mois, Gazprom a accéléré le remplissage des réserves sous-terraines européennes. Ces mesures sont appelées à empêcher toute perturbation du transit et à assurer des conditions plus confortables pendant le pic de consommation cet hiver", explique le chef de l'Etat.

     

    Vladimir Poutine a également appelé à débloquer le projet South Stream. "Nous sommes convaincus qu'il apportera une contribution significative à la sécurité énergétique globale de l'Europe. Tout le monde serait gagnant: aussi bien la Russie que les consommateurs européens", souligne le président.

    Il a également commenté les relations russo-américaines. "La Russie a toujours aspiré au partenariat avec les Etats-Unis, mais n'entend en retour que des réserves et tentatives de s'ingérer dans nos affaires intérieures", a-t-il déclaré. "Ce qui se passe depuis le début de l'année est d'autant plus affligeant. Washington a activement soutenu le Maïdan et quand ses protégés de Kiev, avec leur nationalisme effréné, ont dressé une grande partie de l'Ukraine contre eux et ont plongé le pays dans une guerre civile, les Américains ont commencé à accuser la Russie d'avoir provoqué la crise", ajoute-t-il.

    A la tribune de l'Assemblée générale des Nations unies Barack Obama a proclamé "l'agression russe en Europe" comme l'une des trois principales menaces pour l'humanité, entre la fièvre Ebola et l'organisation terroriste Etat islamique. Si on ajoute ces déclarations aux sanctions antirusses, on voit "qu'une telle approche est bien hostile, difficile de la décrire autrement", conclut Vladimir Poutine.

    Dossier:
    Sanctions contre la Russie (826)
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik

    Grands titres