Ecoutez Radio Sputnik
    De nouvelles mosquées, signe de reconnaissance pour les Tatars de Crimée

    Géorgie: heurts entre musulmans et policiers à Mokhe

    © Sputnik. Valeriy Melnikov
    Lu dans la presse
    URL courte
    0 22 0 0

    Le village de Mokhe (district d'Adigeni au sud de la Géorgie), a connu une agitation inhabituelle: plus de 10 personnes ont été appréhendées et plusieurs blessés sont actuellement soignés à l'hôpital de district après des altercations, écrit vendredi le quotidien Nezavissimaïa gazeta.

    Le village de Mokhe (district d'Adigeni au sud de la Géorgie), a connu une agitation inhabituelle: plus de 10 personnes ont été appréhendées et plusieurs blessés sont actuellement soignés à l'hôpital de district après des altercations, écrit vendredi le quotidien Nezavissimaïa gazeta.

    Les musulmans du district avaient contesté trop activement la décision des autorités laïques d'installer une bibliothèque dans un bâtiment accidenté au centre du village, soutenue par la partie chrétienne du district.

    A Mokhe la tension montait depuis plusieurs jours, depuis que les autorités locales ont décidé de remettre en état un ancien bâtiment accidenté et abandonné depuis longtemps au centre du village pour y ouvrir une bibliothèque – une idée assez récente. Il était initialement prévu d'y ouvrir un centre commercial de divertissement ou de loisirs, selon les représentants de la communauté musulmane de Mokhe, mais après les altercations les autorités se sont soudainement rabattues sur la version de la bibliothèque.

    Le gouverneur de Samtskhé-Djavakhétie, Akaki Matchoutadze, insiste bien sur le fait qu'il était, dès le départ, question d'une bibliothèque. Un seul changement a été opéré, selon lui: il était initialement prévu d'installer une bibliothèque internet, mais après un entretien avec le mufti de la région en raison des objections de la communauté musulmane, il a été décidé de se limiter à une bibliothèque classique. Tous les détails étaient mentionnés sur un panneau installé devant le bâtiment. Ce n'était donc un secret pour personne.

    Mais le jour du début des travaux, des habitants ont commencé à se rassembler devant le bâtiment, affirmant qu'une mosquée se trouvait dans cet édifice et que la profanation d'un lieu sacré était inacceptable. La police assurant la sécurité des ouvriers a été attaquée par un groupe de jeunes agressifs. Suite à l'altercation, plusieurs individus ont été hospitalisés, plus de dix personnes ont été interpellées. Elles sont accusées de vandalisme et de désobéissance selon le communiqué officiel du ministère géorgien de l'Intérieur.

    Jeudi, le "théâtre des opérations" s'est déplacé de Mokhe au commissariat d'Adigeni. Les musulmans ont exigé la libération immédiate de leurs coreligionnaires et n'ont pas envoyé leurs enfants à l'école en signe de protestatin. Selon certaines informations, les musulmans des districts voisins ont commencé à affluer à Adigeni.

    Les autorités géorgiennes appellent la population au calme. Comme l'a déclaré dans son allocution le premier ministre Irakli Garibachvili, tous les citoyens sont égaux devant la loi et doivent lui obéir indépendamment de leur confession.

    Selon les observateurs, dans l'ensemble la situation interconfessionnelle s'est détériorée en Géorgie et pour maintenir l'équilibre les autorités laïques doivent garder la tête froide. Quant à eux, les guides spirituels doivent éviter la confrontation en rappelant aux croyants l'amour et la tolérance – les fondements de toute religion.

    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik