Ecoutez Radio Sputnik
    Station spatiale internationale (ISS)

    L'avenir de la Station spatiale internationale sera évoqué à Paris

    © NASA.
    Lu dans la presse
    URL courte
    0 0 0

    Le directeur de l'Agence fédérale spatiale russe Roskosmos, Oleg Ostapenko, s'entretiendra le 4 novembre à Paris avec les responsables des agences partenaires de la Station spatiale internationale (ISS), écrit lundi le quotidien Kommersant.

    Le directeur de l'Agence fédérale spatiale russe Roskosmos, Oleg Ostapenko, s'entretiendra le 4 novembre à Paris avec les responsables des agences partenaires de la Station spatiale internationale (ISS), écrit lundi le quotidien Kommersant.

    L'exploitation et le financement du projet auraient dû être discutés lors du 65e Congrès international de l'astronautique à Toronto mais les représentants russes s'étaient vus refuser la délivrance d'un visa par les autorités canadiennes. Cette fois, selon les sources, les Européens ont eux-mêmes décidé de mettre à disposition cette tribune pour les négociations.

    Oleg Ostapenko arrivera à Paris le 4 novembre pour s'entretenir, entre autres, avec le président de l'Agence spatiale européenne Jean-Jacques Dordain et le directeur de la NASA Charles Bolden.

    Les discussions sur le sort de la station se sont activées en mai 2014 sur fond de refroidissement des relations entre Moscou et Washington après la réunification de la Crimée avec la Russie.

    A l'époque, le vice-premier ministre russe a réagi à l'adoption de sanctions occidentales en déclarant que la Russie n'avait pas l'intention de prolonger l'exploitation de l'ISS jusqu'en 2024, comme le suggéraient les USA. "Nous avons besoin de notre station jusqu'en 2020", a déclaré Dmitri Rogozine, soulignant que les fonds prévus pour le programme habité seraient alloués pour d'autres projets à venir.

    Du point de vue financier, le projet ISS est relativement coûteux. Selon les estimations, l'entretien annuel de la station coûte aux USA, à la Russie, à l'Europe et au Japon près de 6 milliards de dollars. La majeure partie des frais est prise en charge par la NASA (3 milliards de dollars en 2013), suivie par l'agence japonaise JAXA (un peu plus de 1 milliard de dollars), l'Agence spatiale européenne et Roskosmos (1 milliard de dollars chacune). Le vice-premier ministre reconnaît le faible retour sur investissement de la station orbitale: "Plus de 30% du budget de Roskosmos est dépensé pour l'ISS, mais nous en tirons très peu de bénéfices".

    Le rendement, d'un point de vue pratique, est également bas. Dmitri Rogozine a questionné Roskosmos sur les résultats scientifiques ou militaires du séjour de trois cosmonautes russes sur l'ISS. "Je n'ai pas obtenu de réponse", a-t-il déclaré en mai, ajoutant qu'il était nécessaire d'assurer des résultats concrets dans l'espace, au lieu de prolonger ce qui est fait depuis 30 ans déjà sans résultats particuliers.

    Ces questions devaient être soulevées par les représentants de Roskosmos au cours du 65e Congrès international de l'astronautique à Toronto: c'était la raison de la présence au sein de la délégation russe du chef de la direction des programmes habités Alexeï Krasnov, à la tête de laquelle se trouvait le directeur adjoint de Roskosmos Denis Lyskov qui supervise le travail de l'ISS. Ce dernier était censé participer à plusieurs rencontres bilatérales et siéger à la réunion plénière avec les directeurs des plus grandes agences spatiales mondiales. Cependant, le ministère canadien des Affaires étrangères a empêché cette réunion en refusant de délivrer un visa à la direction de l'agence russe sans explications. La situation a changé aujourd'hui: selon les sources, les représentants de l'Agence spatiale européenne dirigée par Jean-Jacques Dordain ont eux-mêmes décidé de fournir une tribune à Paris pour évoquer les perspectives et l'état de l'ISS.

    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik