Ecoutez Radio Sputnik
    Lu dans la presse

    Les USA lancent une guerre scientifique

    Lu dans la presse
    URL courte
    0 0 0

    Les États-Unis cherchent à bloquer le projet international d'observatoire orbital Spektr-UF, écrit jeudi le quotidien Izvestia. Comme l'a rapporté le directeur de l'Institut d'astronomie affilié à l'Académie des sciences de Russie Boris Choustov, le département d’État a interdit de fournir à la Russie les éléments radiorésistants permettant d'enregistrer les rayonnements.

    Les États-Unis cherchent à bloquer le projet international d'observatoire orbital Spektr-UF, écrit jeudi le quotidien Izvestia. Comme l'a rapporté le directeur de l'Institut d'astronomie affilié à l'Académie des sciences de Russie Boris Choustov, le département d’État a interdit de fournir à la Russie les éléments radiorésistants permettant d'enregistrer les rayonnements.

    "Nous ne pouvons pas fabriquer en Russie des récepteurs de rayonnement de haute qualité, y compris dans le diapason ultraviolet. C'est pourquoi nous avons été contraints, avec l'autorisation de Roskosmos, de signer un contrat avec la société britannique E2V en effectuant un prépaiement. Cependant, les USA ont adopté cette année des restrictions supplémentaires sur la fourniture de produits de haute technologie en Russie, qui touchent notre contrat.

    Les Britanniques fabriquent eux-mêmes le récepteur de rayonnement, mais ils créent l'enveloppe électronique à partir d'éléments radiorésistants en utilisant des pièces américaines. Ils n'ont pas réussi à obtenir l'autorisation d'exporter ces pièces en Russie", explique Boris Choustov.

    Il précise tout de même que la société E2V ne souhaite pas rompre ce contrat pour éviter de payer une pénalité.

    "Les Britanniques assurent qu'ils peuvent fabriquer les pièces nécessaires par leurs propres moyens, mais ils ont demandé de prolonger le contrat d'un an et demi", dit-il.

    Selon une source de l'agence fédérale spatiale Roskosmos, le cas du satellite Spektr-UF est un précédent car jusque-là les Américains n'avaient jamais bloqué les fournitures d'éléments pour les vaisseaux scientifiques. Boris Choustov n'est pas surpris.

    "La politique s'ingère partout, il est naïf de croire que la science existe dans un monde pur et isolé", déclare le chercheur.

    "Les Américains cherchent à nous couper des produits de haute technologie. Contrairement aux mesures de pression politiques et financières, les sanctions technologiques sont comme un iceberg - une grande partie est invisible. En d'autres termes, certaines restrictions sont annoncées mais on apprend l'existence d'autres limitations au dernier moment, quand la moitié d'un satellite est déjà construite. C'est exactement ce qui s'est passé avec E2V. Mais la Russie n'est pas la seule à se trouver dans cette situation. Ceux qui sont menacés par ce type de sanctions devraient s'unir et développer les technologies cruciales en commun. C'est le seul moyen d'échapper au colonialisme technologique", déclare Andreï Ionine de l'Académie de cosmonautique Tsiolkovski.

    Lire aussi:

    Un astéroïde plus gros que l’Arc de Triomphe s’approche de la Terre, à quoi s’attendre?
    Roscosmos construit une centrale nucléaire orbitale
    Sur les causes et les éventuelles conséquences des sanctions US contre la Chine
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik