Ecoutez Radio Sputnik
    Lu dans la presse

    L'OPEP prévoit le rétablissement des prix du pétrole

    Lu dans la presse
    URL courte
    Chute des prix du pétrole (171)
    0 01

    Les prix du baril ont enregistré un léger sursaut hier après la 10ème Conférence arabe sur l'énergie à Abu Dhabi: le principal pétrolier saoudien a notamment annoncé que la chute actuelle des prix n'était que temporaire, écrit mardi le quotidien Novye Izvestia.

    Les prix du baril ont enregistré un léger sursaut hier après la 10ème Conférence arabe sur l'énergie à Abu Dhabi: le principal pétrolier saoudien a notamment annoncé que la chute actuelle des prix n'était que temporaire, écrit mardi le quotidien Novye Izvestia.

    Le ministre saoudien du Pétrole Ali al-Nouaïmi est très connu et respecté dans le secteur énergétique. Et pour cause: depuis des années, il dirige l'industrie pétrolière de l'un des premiers producteurs de la planète. Lors de la conférence, il a clairement annoncé que la chute des prix du pétrole ne découlait pas des actions de l'OPEP, qui n'augmente pas ses volumes depuis deux ans, mais des producteurs hors cartel et notamment des États-Unis.

    Le ministre saoudien a également confirmé l'absence, au sein de l'organisation, de projets visant à réduire la production: elle resterait donc au niveau actuel de près de 30 millions de barils par jour.

    Selon lui, la chute des cours s'explique principalement par un manque de coopération de la part des producteurs non-membres du cartel, les rumeurs paniquées et d'autres informations inexactes.

    Ali al-Nouaïmi a également rappelé que la chute des prix, bien que très désagréable, n'aurait pas d'influence considérable sur l'économie saoudienne. "Je suis sûr que les marchés pétroliers se rétabliront, a-t-il déclaré. Laissons l'extraction du pétrole aux producteurs les plus efficaces". C'est la deuxième fois en trois jours que le ministre saoudien souligne le caractère temporaire des difficultés du marché. Il n'a, par contre, pas donné de date approximative pour le rétablissement des cours. Abdallah Salem el-Badri, secrétaire général de l'OPEP, le situe approximativement au deuxième trimestre 2015 mais souligne l'impossibilité de fournir une "estimation adéquate de l'état du marché". Ces propos ont suffi pour que les contrats pétroliers de Brent augmentent de 2 dollars pour février - jusqu'à 62,52 dollars.

    Ces manœuvres de l'Arabie saoudite contre son allié américain montrent que Washington et Riyad ont des objectifs complètement différents quand il s'agit d'argent et de pétrole, malgré de nombreux intérêts stratégiques communs dans le domaine politique. Rappelons que le baril a chuté de 114 dollars en juin jusqu'à 60 dollars en décembre. Parmi les raisons essentielles de cette tendance figurent la hausse de l'offre provoquée par une augmentation rapide de l'extraction du pétrole de schiste en Amérique, le ralentissement de la croissance économique et la baisse de la demande du pétrole en Europe, aux États-Unis et même en Chine qui est son deuxième importateur le plus important.

    Ce sommet d'Abu Dhabi a mis au jour une autre tendance: dans le contexte de la baisse du prix du pétrole les cinq membres arabes de l'OPEP, sous l'égide de l'Arabie saoudite, mettent en œuvre une politique commune au lieu de s'enliser dans les litiges prévus par de nombreux analystes. Ainsi Suhail Bin Mohammed al-Mazroui, ministre du Pétrole des Émirats arabes unis, a soutenu la position de son collègue saoudien concernant les volumes de pétrole et la désignation des responsables de la chute des prix. Selon lui, cette dernière s'explique principalement par "une attitude peu responsable de certains producteurs de pétrole non membres de l'OPEP". Le ministre qatari de l'Énergie Mohammed al-Sada et son homologue koweïtien Ali al-Omar ont, eux-aussi, soutenu Ali al-Nouaïmi. Le ministre iranien Adel Abdel-Mehdi a ensuite annoncé aux journalistes qu'il n'était pas nécessaire d'organiser d'urgence une rencontre des ministres du Pétrole des pays de l'OPEP, confirmant ainsi que les quotas de production vont pour l'instant rester à leur niveau actuel.

    Il confirme la politique de conservation des volumes de production existants.

    Dossier:
    Chute des prix du pétrole (171)

    Lire aussi:

    Pétrole: la Banque mondiale prévoit une hausse des prix en 2018
    En stockant leur pétrole, les USA préparent une «bombe» contre l'Opep
    Le point sur le marché du pétrole avec le chef de l'Opep
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik