Ecoutez Radio Sputnik
    Le ministre chinois des Affaires étrangères Wang Yi

    La Chine prête à aider la Russie

    © Sputnik . Eduard Pesov
    Lu dans la presse
    URL courte
    0 163

    Le ministre chinois des Affaires étrangères Wang Yi a annoncé que Pékin était prêt à soutenir Moscou si nécessaire, écrit mardi le quotidien Rossiïskaïa gazeta.

    Le ministre chinois des Affaires étrangères Wang Yi a annoncé que Pékin était prêt à soutenir Moscou si nécessaire, écrit mardi le quotidien Rossiïskaïa gazeta.

    "Nous octroierons aux Russes toute aide nécessaire, même si nous savons que la Russie a les capacités et la sagesse requises pour surmonter les obstacles économiques qu'elle rencontre", a expliqué le ministre.

    "Les propos de Wang Yi montrent que les Chinois veulent prolonger les projets de coopération avec la Russie", estime Alexeï Maslov, chef du département d'études orientales au Haut collège d'économie de Moscou.

    "Cette déclaration risque de semer le doute en Occident quant à la poursuite de la politique antirusse, qui ne fait que contribuer au rapprochement de deux puissances si importantes, souligne Sergueï Sanakoev, secrétaire de la Chambre de commerce russo-chinoise. On évoque déjà la vente des ressources énergétiques russes à la Chine avec des règlements en roubles. Qui plus est, la Chambre russo-chinoise analyse la possibilité d'octroyer aux banques russes des crédits en yuans car les taux d'intérêt sont plus favorables que pour les emprunts en dollars ou en euros".

    Les Chinois, en contrepartie, veulent prendre part à plusieurs projets d'envergure en Russie.

    "Tout d'abord Pékin veut que la Russie participe au projet de Nouvelle route de la soie, qui ambitionne de relier la Chine à l'Europe par le continent, ce qui constitue un itinéraire plus court que la voie maritime classique de Shanghai à Hambourg qui prend près de 45 jours, explique Alexeï Maslov. Les partenaires chinois pourraient également profiter d'une participation active de Moscou aux projets de l'APEC: cela concerne également l'accès à l'infrastructure russe de transport. En général les Chinois s'intéressent en priorité aux projets d'infrastructure et ceux employant activement la main-d'œuvre chinoise".

    D'habitude, la Chine octroie aux autres pays des crédits conditionnés qui prévoient l'utilisation des services de ses sociétés. Il est donc peu probable que la Russie fasse exception à la règle.

    Quant au mécanisme d'aide, il pourrait s'avérer assez lent: la coordination de tous les projets soutenus par Pékin comprend plusieurs étapes.

    "D'abord ces questions sont débattues par des sous-commissions russo-chinoises, et ensuite par l'une des quatre commissions intergouvernementales russo-chinoises existantes. Ce n'est qu'après ces délibérations que les projets arrivent au niveau des premiers ministres et des chefs d'État", indique Alexeï Maslov.

    La Chine est déjà un acteur expérimenté dans le domaine du soutien à d'autres pays souffrant de difficultés économiques — dite initiative de Chiang Mai, qui constitue un système de traités en matière de soutien mutuel de devises étrangères. Qui plus est, l'initiative a été lancée en mars 2010 de créer sur la base de l'ASEAN un "fonds monétaire asiatique" visant à combattre les crises financières. En 2012, ses ressources ont été augmentées jusqu'à 240 milliards de dollars. La durée du soutien financier d'un pays se chiffre quant à lui à deux ans maximum.

    Lire aussi:

    Lavrov indique «l'un des facteurs de stabilité de la politique internationale»
    Pékin, futur maître du jeu au Moyen-Orient?
    Quand la Russie et la Chine se lancent dans la bataille médiatique
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik