Ecoutez Radio Sputnik
    Marche républicaine à Paris le 11 janvier 2015

    53 heures de terreur à Paris

    © REUTERS/ Charles Platiau
    Lu dans la presse
    URL courte
    0 4911

    Hier à Paris, plusieurs chefs d’État et de gouvernement ont participé à la marche républicaine en hommage aux victimes des attentats commis la semaine dernière par des terroristes islamistes, écrit lundi le 12 janvier le quotidien Nezavissimaïa gazeta.

    Hier à Paris, plusieurs chefs d’État et de gouvernement ont participé à la marche républicaine en hommage aux victimes des attentats commis la semaine dernière par des terroristes islamistes, écrit lundi le 12 janvier le quotidien Nezavissimaïa gazeta. La Russie était représentée par son ministre des Affaires étrangères Sergueï Lavrov.

    La brutalité des attaques terroristes sur le sol français — les plus importantes en France depuis 1961 — a frappé le monde entier. Ces "53 heures de terreur" ont commencé mercredi à 11h30, quand deux terroristes ont ouvert le feu dans les bureaux de l'hebdomadaire satirique Charlie Hebdo, tuant 12 personnes et faisant 11 blessés. Les auteurs de l'attaque, les frères Saïd Kouachi et Cherif Kouachi, Français d'origine algérienne, ont fait l'objet d'une opération de recherche d'envergure sans précédent impliquant 88 000 agents de police et des services de sécurité.

    Des attentats en France (2015) >>

    Jeudi matin un autre terroriste, Ahmedi Koulibaly, a tiré sur deux agents de police à Montrouge – l'une a trouvé la mort. Le lendemain à 13 heures, il a ouvert le feu dans un magasin de nourriture casher à l'est de Paris, faisant quatre morts et prenant en otage plusieurs personnes. Les deux tragédies ont pris fin à peu près à la même heure: vers 17 heures, les forces de l'ordre libéraient les otages et éliminaient les trois terroristes.

    Les frères Kouachi se considéraient comme membres du mouvement Al-Qaïda dans la péninsule Arabique (AQPA) car ils s'étaient entraînés dans les camps de l'organisation au Yémen.

    AQPA n'a pourtant pas revendiqué ces attentats. L’État islamique (EI), pour sa part, a déclaré que "les héros djihadistes avaient tué 12 journalistes et blessé plus de 10 employés de Charlie Hebdo, ce qui constitue une vengeance pour le prophète Mahomet".

    D'après le journal allemand Bild, la NSA américaine a intercepté des communications indiquant que ces effusions de sang en France pourraient marquer le début d'une série d'attentats d'Al-Qaïda dans des villes européennes, notamment Rome. Les terroristes pourraient également tenter de faire exploser un avion de ligne. Selon les informations de Londres, près de 150 combattants pourraient prendre part à des attentats similaires sur le sol britannique.

    Mais les services de sécurité européens sont-ils prêts face à de telles menaces? En effet, les agents étaient parfaitement au courant de l'identité des terroristes et de leur activité de recrutement des combattants. Les États-Unis avaient même inscrit les frères Kouachi sur leur liste noire. En vain.   

    Les autorités françaises mettent en garde contre une aggravation des tensions religieuses et appellent à l'unité de la nation. Le Front national s'est pourtant abstenu de participer à la marche républicaine: il représente l'opinion d'une partie considérable des Français, qui considèrent que la lutte contre le terrorisme nécessite des mesures plus radicales et ne veulent pas se solidariser avec le pouvoir actuel, qui rejette justement ces méthodes. Ainsi Marine Le Pen, leader du parti, appelle à réintroduire la peine capitale, quitter l'espace Schengen et annuler la double-citoyenneté des personnes impliquées dans une activité terroriste. Ces mesures inacceptables pour le Paris officiel sont néanmoins soutenues par une partie importante de la population. D'après certains experts, ces attentats pourraient apporter à Marine Le Pen et son programme anti-immigration la victoire à la présidentielle de 2017. Ce ne serait plus alors la guerre contre le terrorisme de Manuel Valls mais une guerre des cultures ou même le "choc des civilisations" prédit par le politologue américain Samuel Huntington.

    Lire aussi:

    Une frappe US tue un chef d’Al-Qaïda et sept autres terroristes au Yémen
    Un responsable d'Al-Qaïda tué dans une frappe de drone au Yémen
    Au Kremlin, Poutine et Le Pen prônent la lutte commune contre le terrorisme
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik