Ecoutez Radio Sputnik
    Lu dans la presse

    Pétrole: nouvelle chute du prix

    Lu dans la presse
    URL courte
    Chute des prix du pétrole (171)
    0 8121

    Le marché pétrolier n'est pas resté stable très longtemps: dès la première semaine de 2015 les prix ont chuté sous les 50 dollars le baril, soit plus de 11% de baisse et un record depuis six ans, écrit lundi le quotidien Kommersant.

    Le marché pétrolier n'est pas resté stable très longtemps: dès la première semaine de 2015 les prix ont chuté sous les 50 dollars le baril, soit plus de 11% de baisse et un record depuis six ans, écrit lundi le quotidien Kommersant.

    La semaine dernière, les prix des marques européennes de pétrole ont chuté à moins de 50 dollars le baril pour la première fois depuis mai 2009. D'après l'agence Bloomberg, vendredi les prix du baril de Brent ont baissé à 48,22 dollars le baril sur le marché au comptant - leur niveau le plus bas depuis le 29 avril 2009. La marque russe Urals a également battu son anti-record en chutant à 48,3 dollars le baril. La semaine dernière, le pétrole européen a donc perdu entre 11,35% et 11,5% - une chute encore plus rapide avait été enregistrée en novembre dernier suite à la décision de l'OPEP de garder des quotas d'extraction.

    Aujourd'hui comme il y a deux mois, la chute des prix sur le marché international est due au refus de l'OPEP de réduire les volumes de production. Cette décision a été annoncée jeudi par Yousef Al Otaiba, ambassadeur des Émirats arabes unis aux USA. D'après lui, les EAU pourraient endurer cette situation plus longtemps que le pensent de nombreux experts.

    "Les guerres de prix se poursuivent et l'offre sur le marché reste surabondante, estime Phil Flynn, analyste en chef de Price Futures Group. Les propos de l'ambassadeur des EAU reflètent la volonté de son pays de jouer son va-tout et montre que ses dirigeants sont prêts à une guerre d'usure - leur point fort étant le soutien de l'Arabie saoudite".

    Mais tous les pays de l'OPEP ne veulent pas que cette tendance se développe sur le marché pétrolier. Le week-end dernier, Rodolfo Marco Torres, ministre vénézuélien des Finances, a évoqué une entente avec les autorités saoudiennes visant à rétablir les prix du pétrole. D'après lui, le président vénézuélien Nicolas Maduro a discuté dimanche de la stabilisation des prix avec Ali al-Naimi, ministre saoudien de l’Énergie, lors de sa visite à Riyad. Le leader vénézuélien accomplit actuellement une tournée dans les pays producteurs de pétrole afin d'obtenir leur soutien pour stabiliser le marché international. Il a déjà visité l'Iran et devrait quitter l'Arabie saoudite pour se rendre au Qatar et en Algérie. Nicolas Maduro a déjà indiqué que son pays ferait tout son possible pour que les prix reviennent au niveau de 100 dollars le baril.

    La Russie veut elle aussi rétablir les prix du pétrole et ces nouvelles positives devraient au moins influer sur la valeur de sa monnaie nationale, qui a considérablement cédé ses positions par rapport aux devises principales la semaine dernière. Vendredi, le rouble a baissé à 61,35 pour un dollar (+5,35 par rapport au niveau de la fin de l'année) et 72,32 pour un euro (+3,67 en une semaine).

    Dossier:
    Chute des prix du pétrole (171)

    Lire aussi:

    La Russie regagne son rang de premier producteur mondial de pétrole
    Les prix du pétrole à leurs plus hauts depuis fin avril
    Pétrole: l’Iran augmentera l’extraction en dépit de l’accord avec l’Opep
    La Russie réduit l’extraction du pétrole en avance sur le calendrier de l’Opep
    Production de pétrole: la Russie devance une nouvelle fois l'Arabie saoudite
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik