Ecoutez Radio Sputnik
    Drapeau de l'État islamique

    L’État islamique compte ouvrir un deuxième front en Asie centrale

    © Sputnik . Andrei Stenin
    Lu dans la presse
    URL courte
    L'Etat islamique (2014) (1131)
    0 23

    Selon certaines informations, l'EIIL allouerait 70 millions de dollars à la déstabilisation de la situation en Asie centrale, écrit mercredi le quotidien Nezavissimaïa gazeta.

    Selon certaines informations, l'EIIL allouerait 70 millions de dollars à la déstabilisation de la situation en Asie centrale, écrit mercredi le quotidien Nezavissimaïa gazeta.

    Le président du Kazakhstan Noursoultan Nazarbaev a ordonné de prendre des mesures supplémentaires pour renforcer la frontière face à l'activation du mouvement extrémiste État islamique en Irak et au Levant (EIIL) en Asie centrale.

    Le principal objectif de l'EIIL consiste à déstabiliser la situation dans la vallée de Ferghana, au sud du Kirghizstan et de l'Ouzbékistan, comme l'a annoncé hier Kadyr Malikov, directeur du centre d'analyse Religion, droit et politique. Il a déclaré qu'au sein de l'EIIL existait un groupe de combat Movaraunahr (Transoxiane), composé de volontaires kazakhs, ouzbeks, kirghizes et tadjiks. C'est à cette unité, selon Kadyr Malikov, que seront envoyés des fonds pour organiser une série d'attentats.

    Alexandre Sobianine, chef du service de planification stratégique de l'Association de coopération limitrophe, a rappelé que l'EIIL était initialement un projet des services de renseignements américains, mais que formellement l'organisation était contrôlée par des wahhabites. Sachant que toutes les monarchies wahhabites du Golfe sont des pays économiquement autonomes, mais sans politique militaire indépendante. Des dizaines de bases américaines, parmi les plus grandes, se situent en Arabie saoudite, au Qatar et au Koweït. Par conséquent, l'objectif de l'EIIL va au-delà de la déstabilisation de l'Ouzbékistan. Il a déjà été annoncé que les régions tatares et bachkires de la Russie et du Kazakhstan seraient la destination finale de l'organisation.

    "Si auparavant les rebelles, en Afghanistan et au Pakistan, avaient pour cible deux pays – le Tadjikistan et le Kirghizstan – comme avant-poste pour frapper l'Ouzbékistan, il est clair aujourd'hui que les pays mentionnés font partie d'un objectif global. Il est désormais question d'atteindre le Kazakhstan, le Turkménistan et la Russie. Et quoi que disent les politiciens kazakhs sur la ligne de leur pays, les USA et leurs alliés wahhabites ont déjà décidé que le Kazakhstan n'était plus intouchable. A leurs yeux, comme le pays est devenu membre de l'Union économique eurasiatique, le régime laïque local doit être supprimé. C'est évidemment impossible en réalité, mais dans le cas présent nous parlons d'objectifs et de tâches", a déclaré Alexandre Sobianine. Le Turkménistan a également été annoncé comme une cible potentielle d'attaque de la part des forces du nord de l'Afghanistan. Selon l'expert, l'un des objectifs de la déstabilisation de l'Asie centrale consiste à empêcher le développement de l'Union économique eurasiatique.

    Alexandre Kniazev, expert pour l'Asie centrale et le Moyen-Orient, n'est pas de cet avis: "Je pense que les rumeurs sur l'offensive triomphale de l'EIIL en Asie centrale sont très exagérées. Premièrement, le but de ce mouvement à l'heure actuelle, après avoir pris le contrôle sur des territoires en Irak et partiellement en Syrie, est de s'ancrer dans l'espace déjà conquis. Deuxièmement, les principaux vecteurs de sa progression future se trouvent tout de même au Moyen-Orient, comment en témoignent indirectement les récents affrontements dans les zones frontalières de l'Arabie saoudite. D'ailleurs, contrairement à l'Asie centrale et même à l'Afghanistan, l'EIIL pourrait y bénéficier d'un soutien sans précédent: certains sont d'avis que jusqu'à 80% des jeunes saoudiens partageraient l'idéologie de l'organisation. Bien sûr, il existe des adeptes d'un tel djihadisme dans notre région, mais on ne peut pas parler d'un soutien aussi important". Selon Alexandre Kniazev, les possibilités de coopération entre l'EIIL et les talibans afghans ou le Mouvement islamique d'Ouzbékistan sont également très exagérées.

    Dossier:
    L'Etat islamique (2014) (1131)

    Lire aussi:

    Les USA se font des illusions au sujet de leurs rapports avec la Chine (médias)
    Washington joue ses cartes terroristes
    L’Ouzbékistan s’ouvre... enfin!
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik