Ecoutez Radio Sputnik
    Les insurgés de la République populaire de Donetsk

    Le parlement ukrainien reconnaît la Russie comme "pays agresseur"

    © REUTERS / Maxim Shemetov
    Lu dans la presse
    URL courte
    Par
    Règlement de la situation en Ukraine (2014) (2149)
    0 48
    S'abonner

    271 députés ukrainiens ont voté pour adresser cette résolution à l'Onu, au Parlement européen, à l'Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe (APCE) et aux parlements nationaux, écrit mercredi le quotidien Novye Izvestia.

    De plus, la procédure de reconnaissance des républiques populaires autoproclamées de Donetsk et de Lougansk comme des organisations terroristes a été simplifiée hier. Le bloc d'opposition constitué des anciens collaborateurs de Viktor Ianoukovitch s'est abstenu, tout en suggérant de reconnaître la situation dans l'est du pays comme de "véritables faits de guerre". Le leader de la fraction Iouri Boïko a préconisé l'envoi de casques bleus de l'Onu dans le Donbass et l'ouverture de négociations directes avec la Russie.

    Les députés ukrainiens ont accueilli par des applaudissements les propos de leur collègue de Samopomochtch, Anna Gopko, qui a présenté la résolution nommée "La Rada reconnaît la Russie comme État agresseur", appelé la communauté internationale à reconnaître Moscou comme un soutien du terrorisme, et à reconnaître les républiques populaires de Donetsk et de Lougansk autoproclamées comme des organisations terroristes. Le parlement ukrainien, la Rada, a également demandé à la communauté internationale d'adopter de "nouvelles sanctions sectorielles" contre la Russie et de fournir à l'Ukraine l'assistance militaire et humanitaire nécessaire. Les députés demandent aussi d'exclure la Russie de l'APCE, d'aider à libérer tous les prisonniers, dont la pilote ukrainienne Nadejda Savtchenko, ainsi que de contribuer au recouvrement de l'intégrité territoriale de l'Ukraine dans ses frontières — incluant le retour de la Crimée.

    "La Rada a entériné le caractère juridique de l'agression russe", explique le député ukrainien Oleg Liachko. Il affirme que cette démarche sera suivie de la rupture des relations diplomatiques avec la Russie. C'est également l'avis de la chef du parti Patrie, Ioulia Timochenko, qui prône également la rupture du Traité sur l'amitié et la coopération entre l'Ukraine et la Russie de 1997. Patrie suggère par ailleurs une procédure pour amender la Charte de l'Onu afin d'exclure la Russie du Conseil de sécurité. Le bloc du président ukrainien Piotr Porochenko soutient cette initiative. Le leader de la fraction présidentielle Iouri Loutsenko pense que cette exclusion est nécessaire car "la Russie bloque constamment les résolutions, faisant ainsi obstacle au processus de paix en Ukraine".

    Mais les débats les plus enflammés ont tourné autour de la loi sur le "ménage" au pouvoir. La Rada a tout de même permis à certains généraux de l'époque de Viktor Ianoukovitch d'éviter la "lustration". En évoquant le projet de loi en question, le président du comité pour la lutte contre la corruption Egor Sobolev a déclaré que le président devait "utiliser ce droit avec responsabilité et autoriser uniquement le retour des généraux reconnus comme camarades… et qui ont fait l'objet d'un examen par notre comité de la défense". Sinon, selon Oleg Sobolev, cette démarche permettrait de faire échapper à la "lustration" l'ex-ministre de l'Intérieur Vitali Zakhartchenko et l'ancien procureur général Viktor Pchonka.

    Dossier:
    Règlement de la situation en Ukraine (2014) (2149)

    Lire aussi:

    Moscou "fera tout" pour pousser les parties ukrainiennes vers la paix (Lavrov)
    L’armée ukrainienne, "légion étrangère" de l'Otan (Poutine)
    Ukraine: Washington ne cache plus son implication (politologue)
    Tags:
    Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe (APCE), Ukraine, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik