Ecoutez Radio Sputnik
    Marine Le Pen, la présidente du Front national

    Marine Le Pen virtuellement présidente de la France

    © AFP 2018 Jeff Pachoud
    Lu dans la presse
    URL courte
    1512729

    Selon les sondages, la présidente du Front national Marine Le Pen remporterait haut la main le premier tour de la présidentielle s'il se tenait aujourd'hui, écrit lundi 2 février le quotidien Kommersant.

    Même si elle perdrait tout de même au second tour, ces 29-30% d'intentions de vote sont un succès indéniable pour le FN.

    Selon les résultats de deux sondages organisés par le CSA et l'Ifop, Marine Le Pen pourrait recueillir au premier tour 29-30% des voix, dépassant ainsi tout rival potentiel, notamment François Hollande (21%), l'ex-président Nicolas Sarkozy et le premier ministre socialiste Manuel Valls (23% chacun).

    Les terroristes qui ont sévi récemment à Paris ont involontairement rendu service aux politiciens français de tous les camps, par conséquent aucune théorie du complot n'explique cet effet secondaire. La cote de popularité de François Hollande s'est envolée, ce qui redonne aux socialistes l'espoir de rester au pouvoir après 2017. Dans le même temps, les chances du président de l'UMP Nicolas Sarkozy ont également augmenté: tout le monde s'est souvenu qu'il avait prôné un durcissement du contrôle de l'immigration.

    Mais c'est Marine Le Pen qui a tiré le plus grand "profit" des attentats de Paris. Son atout — personne au sein de l'extrême-droite ne peut contester son leadership, tandis que beaucoup de représentants de la gauche, de la droite et du centre comptent être sur la ligne de départ de la présidentielle.

    Toutefois, les sondages permettent de tirer une autre conclusion: Marine Le Pen n'arrivera pas à devenir présidente. Au second tour, elle perdrait inéluctablement aussi bien face à Hollande (55%) que face à Sarkozy (60%) ou encore Manuel Valls (61%).

    Tout cela rappelle étonnamment le dénouement du roman Soumission, sorti peu de temps avant les attentats par l'écrivain Michel Houellebecq. Fauteur de trouble et critique de longue date de l'islam, il décrit dans son nouveau roman le choc de la présidentielle de 2022. Marine Le Pen arrive à nouveau au second tour mais cette fois ni la gauche ni la droite ne peuvent faire quoi que ce soit. Son seul adversaire est le parti de l'islam modéré. Au final, tous les partis outsiders s'unissent contre Le Pen au profit du candidat hypothétique de la "Fraternité musulmane", et la France dérive progressivement vers la charia.

    Mais Soumission n'est qu'un roman. Et les pronostics du CSA et de l'Ifop, fondés seulement sur le résultat de sondages, sont également une fiction. Après tout, il reste encore plus de deux ans avant la présidentielle. Mais une chose est sûre: quoi que fassent aujourd'hui les rivaux politiques de Marine Le Pen, la seule issue pour eux sera un rapprochement progressif avec le FN. Dans ce sens, les actions du gouvernement socialiste avec en tête un autre prétendant potentiel au poste présidentiel, Manuel Valls, sont révélatrices. Les autorités ont déjà augmenté le budget de la police, n'écartent pas la possibilité de revoir la réduction annoncée du budget de la défense, et sont prêtes à créer dans les prisons une "zone de régime particulier" pour les islamistes radicaux, à accorder davantage d'attention aux "problèmes des banlieues" et à combattre la "radicalisation religieuse à l'école". Avec ou sans Marine Le Pen, les idées du FN gagnent progressivement du terrain.

     

    Lire aussi:

    Jean-Marie Le Pen éborgne Macron: «L’avantage, c’est qu’il n’a encore rien fait»
    Jean-Marie Le Pen dévoile son vote à la présidentielle
    La popularité d’Emmanuel Macron en chute de 5 points, selon les sondages
    Tags:
    Présidentielle française 2017, Nicolas Sarkozy, François Hollande, Manuel Valls, Marine Le Pen, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik