Ecoutez Radio Sputnik
    Sergio Mattarella, président de l'Italie

    L'Italie a son nouveau président

    © REUTERS / /Press Officer Presidenza della Repubblica
    Lu dans la presse
    URL courte
    Par
    0 11
    S'abonner

    Sergio Mattarella, le nouveau président italien élu par le parlement, prendra ses fonctions demain, écrit lundi le quotidien Novye Izvestia.

    A 73 ans, il succède ainsi à Giorgio Napolitano, qui a pris sa retraite à 89 ans. La direction de l'UE reprend son souffle: l'élection de Mattarella, selon les politologues, devrait empêcher l'Italie de se transformer en maillon faible de l'UE — c'est-à-dire suivre l'exemple de la Grèce pour donner le pouvoir aux radicaux de gauche ou de droite.

    La présidentielle italienne s'est déroulée exactement comme l'avaient pronostiqué de nombreux politologues, qui prédisaient l'incapacité des députés italiens et des grands électeurs de s'entendre sur la candidature du nouveau chef d'État en un seul tour. Quatre tours ont été finalement nécessaires. Après deux jours d'élections, le candidat du parti démocrate Mattarella a recueilli au quatrième tour 665 voix sur 1009 pour devenir le douzième président italien de l'après-guerre. Demain, il prêtera serment et prendra ses fonctions pour sept ans.

    Sergio Mattarella est originaire de Palerme, en Sicile. Au cours de sa longue carrière il a occupé les postes de vice-premier ministre, de ministre chargé des relations avec le parlement, ainsi que ceux de ministre de l'Éducation et de la Défense.

    Sergio Mattarella remporte cette victoire à une période critique pour le pays. En dépit de tous ses efforts, le chef du gouvernement démocrate Mario Renzi n'a pas réussi, en un an, à avancer dans la mise en œuvre des réformes de grande ampleur. Les signes de rétablissement économique sont à peine perceptibles dans une Italie frappée par une nouvelle récession. Les Italiens sont particulièrement préoccupés par le taux de chômage, qui a déjà atteint 13%. Les analystes s'entendent sur le fait que la victoire du candidat démocrate est une victoire politique de Renzi. Dans le même temps, c'est une défaite pour Silvio Berlusconi, dont le parti Forza Italia en veut aux alliés démocrates de ne pas avoir demandé son avis en avançant la candidature de Mattarella. Ce dernier maintiendra très probablement le cap de Renzi, tout en cherchant à se distancer en apparence des démocrates pour remplir la principale tâche du chef de l'État en Italie: arbitrer les litiges politiques.

     

    Lire aussi:

    Russie: l'unité de l'Europe remise en question (média)
    Europe: la confiance au plus bas niveau (parlementaire russe)
    Grèce: le modèle européen selon Alexis Tsipras
    Tags:
    Matteo Renzi, Sergio Mattarella, Italie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik