Ecoutez Radio Sputnik
    Négociations sur l'Ukraine à Minsk

    Les accords de Minsk donnent un brin d'espoir à l'Occident

    © REUTERS/ Grigory Dukor
    Lu dans la presse
    URL courte
    RBC Daily
    Règlement de la situation en Ukraine (2014) (2149)
    0 38

    C'est avec un optimisme modéré que l'Occident a accueilli les résultats des négociations de Minsk sur le dossier ukrainien, écrit vendredi 13 février le quotidien RBC Daily.

    Politiques et observateurs soulignent que de nombreuses questions restent sans réponse, mais que la situation en Ukraine a pu être tournée dans la bonne direction.

    "Un accord sur l'Ukraine", annonçaient les sites des agences de presse et les journaux le 12 février. Après 16 heures de négociations et deux tentatives de rédiger un document final, l'accord définitif a visiblement satisfait tout le monde.

    Dans les premières heures qui ont suivi la "paix de Minsk", la situation était essentiellement commentée par les participants aux négociations. "Nous sommes arrivés à un accord sur le cessez-le-feu et un règlement politique global de ce conflit ukrainien", a déclaré le président français François Hollande.

    "C'est une grande percée. Cela permettra à l'Ukraine de changer, changer de manière civilisée en cessant de tuer ses propres citoyens", a ajouté le dirigeant de la République populaire de Lougansk (LNR) Igor Plotnitski.

    Côté russe et allemand, on est plus prudents. A l'issue des négociations, Vladimir Poutine a souligné que les parties avaient tout de même réussi à s'entendre sur l'essentiel, mais il n'a pas qualifié cet accord de percée ou de tournant.

    La chancelière Angela Merkel a déclaré à la presse qu'elle ne se faisait pas d'illusions car il "reste encore beaucoup de travail à accomplir", mais elle estime que l'accord d'aujourd'hui "pourrait renverser la situation pour le mieux".

    L'ex-ministre suédois des Affaires étrangères Carl Bildt trouve étrange que le document final ait reporté le cessez-le-feu. "Je salue cet accord, mais je m'attends à l'intensification des affrontements d'ici deux jours. Il pourrait être risqué d'attendre jusqu'à samedi soir", a-t-il noté.

    Pour Bildt, ce document met en évidence le fait que "Poutine aspire encore à influer sur l'accord commercial entre l'Ukraine et l'UE". Il est visiblement question d'une section de la déclaration du Quartet Normandie sur la discussion trilatérale (Ukraine-Russie-UE) concernant les questions commerciales et énergétiques. Poutine a proposé plus de 2 000 amendements à l'accord d'association UE-Ukraine, rappelle The Financial Times.

    Autre problème — le contrôle frontalier entre l'Ukraine et la Russie. Pendant les entretiens à Minsk, le ministère lituanien des Affaires étrangères Linas Linkevicius avait suggéré de confier le contrôle de la frontière aux forces de l'OSCE. Dans le document final il n'est question que du contrôle de la frontière par Kiev, et seulement après les élections régionales dans le Donbass.

    Dossier:
    Règlement de la situation en Ukraine (2014) (2149)

    Lire aussi:

    Poutine espère que le format Normandie poursuivra son activité après l'élection en France
    «Seule l’Ukraine peut arrêter la guerre civile en respectant les accord de Minsk»
    Sommet UE-Ukraine: Paris s’opposerait à une disposition sur l’adhésion de Kiev
    Tags:
    format Normandie, François Hollande, Angela Merkel, Vladimir Poutine, Igor Plotnitski, Piotr Porochenko, Donbass, Russie, Ukraine
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik