Lu dans la presse
URL courte
Par
Vers la paix en Ukraine (128)
0 819
S'abonner

Après la défaite de l'armée ukrainienne à Debaltsevo, les autorités ukrainiennes ont demandé le déploiement dans le Donbass d'un contingent international de maintien de la paix, écrit vendredi 20 février le quotidien Kommersant.

Moscou a accueilli froidement la nouvelle: l'ambassadeur de Russie à l'Onu Vitali Tchourkine a déclaré que Kiev cherchait ainsi à faire échouer les accords de Minsk. Les experts interrogés pensent que Moscou pourrait soutenir le déploiement de casques bleus dans le Donbass, mais seulement si leur présence contribuait à mettre en œuvre les accords de Minsk, pas à les entraver.

L'initiative d'envoyer dans le Donbass un contingent de maintien de la paix a été avancée par le président ukrainien Piotr Porochenko. Sa proposition a été examinée par le Conseil de sécurité nationale et de défense du pays qui, à l'issue de sa réunion, a adopté une requête à ce sujet adressée à l'Onu et à l'UE. Le ministre ukrainien des Affaires étrangères Pavel Klimkine explique que Kiev insiste sur la "dominante européenne de la mission" et sur l'absence de représentants russes.

Moscou a réagi avec modération. "Nous ne connaissons pas les détails. On ignore également les objectifs et le mandat d'une éventuelle opération de maintien de la paix", indique le porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères Alexandre Loukachevitch. L'ambassadeur de Russie à l'Onu, Vitali Tchourkine, a été plutôt confus: "Les accords de Minsk vient d'être signés. Et quand on commence à avancer des initiatives, on se demande si elles ne visent pas à mettre en échec les accords de Minsk".

Les experts interrogés se prononcent en faveur de l'envoi de casques bleus en Ukraine, tout en précisant qu'il serait difficile de s'entendre sur leur mandat et leur zone de responsabilité. 

"La présence de casques bleus sous l'égide de l'Onu est l'unique moyen de mettre fin à la guerre dans le Donbass. Les derniers accords de Minsk ne mentionnaient pas les casques bleus de l'Onu pour une seule raison: Piotr Porochenko y était catégoriquement opposé. Or l'UE n'est pas prête d'organiser une mission d'imposition de la paix sans l'accord de Kiev", explique Sergueï Stankevitch, expert de la fondation Anatoli Sobtchak. Selon lui, "après la catastrophe de Debaltsevo, la position de l'Ukraine a changé: désormais Kiev appelle l'Onu à organiser une opération militaro-policière".

Sommet de Minsk
© REUTERS / Mykola Lazarenko / Ukrainian Presidential Press Service

"Formellement, la proposition d'envoyer dans le Donbass un contingent de maintien de la paix peut être considérée comme un écart aux accords de Minsk. Néanmoins, la réaction initiale de Moscou est due au sous-entendu assez flou de cette initiative plutôt qu'à la volonté de la rejeter par principe", estime Andreï Kortounov, directeur général du Conseil russe pour les affaires internationales.

"La première question est de savoir sous quel drapeau travailleront les casques bleus en Ukraine — UE, Onu, OSCE? Des casques bleus sous le mandat de l'UE seront inacceptables pour la Russie, qui ne la considère pas comme un acteur impartial. Deuxièmement: sur quel territoire s'étendra le mandat des casques bleus? Un déploiement sur la ligne de démarcation, dans la zone tampon, pourrait être favorable pour la Russie. Mais Moscou pourrait s'opposer à la présence de casques bleus sur la frontière russo-ukrainienne, qui est réticent à ce que la frontière devienne un obstacle infranchissable pour interagir avec les républiques populaires de Donetsk et de Lougansk", conclut Andreï Kortounov.

Dossier:
Vers la paix en Ukraine (128)

Lire aussi:

Un garçon de 12 ans laisse son chiot sur le seuil d'un refuge avec une note déchirante - photos
Ce célèbre Français a perdu près de 5 milliards de dollars en 24h à cause du coronavirus
L'ex-Président égyptien Hosni Moubarak est mort
Les photos d’un chat-garou affolent la toile - photos
Tags:
Casques bleus, Ukraine
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook