Ecoutez Radio Sputnik
    Gazoduc

    Une alliance énergétique européenne contre la Russie?

    © Sputnik . Ivan Rudnev
    Lu dans la presse
    URL courte
    Rossiïskaïa gazeta
    0 1032

    Le commissaire européen à l'Énergie Maros Sefcovic a présenté mercredi à Bruxelles un concept d'"union européenne de l'énergie", écrit jeudi 26 février le quotidien Rossiïskaïa gazeta.

    L'une des principales tâches de ce nouveau projet d'intégration serait de réduire la dépendance des pays membres de l'UE envers les exportations d'hydrocarbures russes.

    Ce concept de 19 pages, à disposition du Guardian, stipule que "les changements politiques des derniers mois dictent la nécessité de diversifier les sources d'hydrocarbures, les fournisseurs et les itinéraires d'approvisionnement pour assurer la sécurité" énergétique de l'Europe. Bien que cette idée ait commencé à mûrir à Bruxelles il y a plusieurs années déjà, c'est seulement la nouvelle Commission européenne présidée par Jean-Claude Juncker qui a décidé d'élever officiellement la création d'une alliance énergétique de l'UE au rang de principale priorité.

    Bruxelles espère que le regroupement des membres de l'UE dans une nouvelle union énergétique paneuropéenne renforcera les positions de l'Europe dans les négociations pour conclure de nouveaux contrats gaziers avec Gazprom.

    Quelle forme aura cette nouvelle union énergétique?

    L'ayatollah Ali Khamenei
    © AP Photo / Office of the Supreme Leader of Iran
    Bruxelles s'attend à ce que le principal contenu en soit l'harmonisation de la législation dans le domaine énergétique des 28 pays membres de l'UE, la création d'un marché commun d'écoulement d'hydrocarbures, l'intégration des gazoducs nationaux des pays européens grâce aux inter-connecteurs et la mise en place d'une infrastructure commune.

    Le concept en question implique également l'élaboration d'une politique énergétique commune pour que tous les pays de l'UE "parlent d'une même voix". De plus, l'UE a l'intention d'analyser la demande en gaz parmi tous les pays membres et a déjà initié des vérifications de la conformité de tous les contrats signés avec des fournisseurs énergétiques avec la législation européenne, rapporte le quotidien allemand Süddeutsche Zeitung. "Le concept d'union énergétique comprend également une stratégie ambitieuse pour soutenir les recherches et les innovations dans le secteur", a précisé Maros Sefcovic la semaine dernière à Bratislava.

    Le Groupe de Visegrad (Hongrie, Slovaquie, République tchèque, Pologne) est le principal initiateur de la création de cette union, et les pays baltes ont activement soutenu cette initiative.

    La mise en œuvre de ces plans énergétiques d'envergure de l'UE intéresse la Bulgarie, la Croatie et la Grèce, qui comptent sur d'importants investissements dans leurs systèmes d'acheminement du gaz et leur modernisation. Toutefois, de nombreux pays de l'UE sont réticents à mettre en œuvre ce projet extrêmement coûteux. En particulier Berlin, qui a comblé ses besoins gaziers grâce au gazoduc Nord Stream, porte bien moins d'attention à cette initiative.

    Le financement de cette union est prévu dans le cadre du budget de 315 milliards d'euros précédemment annoncé par Jean-Claude Juncker, destiné au soutien des mesures anticrises, à la création d'emplois et la stimulation générale de la croissance économique en UE. Cette union énergétique prendra sa forme définitive seulement d'ici 2030.

    Lire aussi:

    Un avion fait un amerrissage d’urgence devant des vacanciers abasourdis aux USA – vidéo
    En Algérie, la première cause de la prolifération «inquiétante» du cancer est culinaire
    La Russie pourrait lancer une attaque surprise contre l’Europe, spécule Die Welt
    Tags:
    gaz, énergie, Union européenne (UE), Maros Sefcovic
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik