Ecoutez Radio Sputnik
    Militants du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK)

    Le leader kurde appelle à la paix

    © AP Photo / Bram Janssen
    Lu dans la presse
    URL courte
    Par
    0 82
    S'abonner

    Le leader des Kurdes turcs Abdullah Öcalan a appelé ses partisans à déposer les armes et à conclure la paix avec les autorités turques par la voie diplomatique, écrit lundi le quotidien Kommersant.

    Selon lui, le Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) doit organiser un congrès extraordinaire et entamer avec la Turquie un processus de paix, qui mettrait fin au conflit vieux de 30 ans qui a coûté la vie à plus de 40 000 personnes.

    Dans sa déclaration, Abdullah Öcalan parle d'un "pas historique" visant à chercher un "règlement diplomatique" du conflit. Son appel a été lu sur une chaîne turque par le député du HDP (Parti démocratique des peuples) Sirri Sureyya Önder, rapporte le Wall Street Journal.

    Cet appel est l'initiative de paix la plus significative du leader du PKK pour le règlement du problème kurde depuis 2013. A l'époque, Abdullah Öcalan avait décrété un cessez-le-feu qui n'impliquait pas, toutefois, le désarmement des Kurdes. De nombreux analystes avaient douté de la solidité de la trêve mais le cessez-le-feu avait tenu pendant plus de deux ans — avec des infractions insignifiantes. Plus tôt, le leader des Kurdes avait annoncé à plusieurs reprises qu'il n'appellerait pas à cesser définitivement la campagne militaire contre la Turquie si les autorités turques n'entamaient pas les négociations officielles pour évoquer des démarches concrètes pour le processus de paix. Sa déclaration d'hier indique qu'il a réussi à trouver un terrain d'entente avec les autorités turques.

    Les autorités turques, qui exigent du PKK de déposer les armes depuis le début des négociations fin 2012, ont salué l'appel d'Abdullah Öcalan comme une étape importante sur le chemin de la paix. Toutefois, les autorités n'ont fait aucune déclaration sur les engagements de la partie turque dans le processus de démocratisation.

    L'appel d'Abdullah Öcalan arrive à une période critique pour les autorités turques. Les législatives se dérouleront cette année dans le pays et la paix tant attendue avec les Kurdes pourrait considérablement contribuer à la victoire du parti au pouvoir du président turc, critiqué en raison de l'affaiblissement de l'économie et de la montée de la menace pour la sécurité nationale émanant de l'État islamique. Les Kurdes turcs, qui représentent 20% de la population du pays, ont à de nombreuses reprises critiqué le parti au pouvoir pour son inaction envers les Kurdes syriens de Kobané, ville que les islamistes de l'EI ont tenté de prendre pendant presque cinq mois. Près de 200 000 Kurdes syriens ont dû fuir Kobané et les alentours en Turquie. Fin janvier 2015, les forces d'autodéfenses kurdes ont réussi à libérer Kobané et de nombreux réfugiés ont commencé à quitter la Turquie pour rentrer chez eux.

    Lire aussi:

    Syrie: les Kurdes s'emparent d'un fief de l'EI
    Syrie: les Kurdes éliminent près de 150 terroristes de l'EI
    Plus de 70.000 Kurdes se réfugient en Turquie
    Etat islamique: les Kurdes syriens demandent l'aide d'Ankara
    Turquie: 15 morts dans des manifestations pro-Kurdes
    Tags:
    cessez-le-feu, Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), Abdullah Öcalan, Kurdistan, Turquie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik