Ecoutez Radio Sputnik
    Chornukhyne, Ukraine, le 2 mars 2015

    Ukraine: retour aux années 1990

    © AP Photo / Vadim Ghirda
    Lu dans la presse
    URL courte
    Par
    0 2310
    S'abonner

    Les efforts des forces nationalistes pour construire un État ukrainien indépendant, sans l'expérience nécessaire, portent leurs premiers "fruits": une forte baisse des salaires, la chute du PIB et la montée en flèche de l'inflation, écrit mercredi le quotidien Nezavissimaïa gazeta.

    L'état actuel de l'économie ukrainienne reproduit la situation des années 1990. Comme il y a vingt ans, quand plus de la moitié de la population ne pouvait pas se permettre d'acheter les produits de première nécessité et un tiers vivait en dessous du seuil de pauvreté, les Ukrainiens doivent à nouveau se battre pour survivre. Le mouvement de grève se renforce. L'inflation grimpe en flèche. La population est préoccupée par l'achat de produits alimentaires et investit ses dernières économies dans les céréales et les pâtes. La devise nationale, en dépit des promesses des autorités, continue de perdre ses positions, alors que les réserves de change fondent littéralement. Les schémas de corruption restent actifs et les institutions publiques n'arrivent pas à remplir leurs fonctions. On constate une hausse des impayés. Comme au début de son existence indépendante, les pays occidentaux et les institutions financières promettent une aide financière à Kiev pour procéder à des réformes d'envergure. Les affaires politiques sont tout aussi déplorables. Le président ukrainien est confronté à une pression croissante des groupes financiers et industriels, dont chacun promeut ses propres intérêts. Le parlement prend des décisions tardives et essentiellement populistes. Les élites régionales sont dans l'incertitude concernant les élections municipales, cherchant à deviner la future disposition des forces politiques.

    Protestation devant la Banque nationale ukrainienne
    © Sputnik . Konstantin Vechorek
    Dans les années 1990, l'Ukraine disposait d'une certaine réserve de solidité héritée de l'URSS. Or aujourd'hui le pays se retrouve avec une économie détruite, des marchés étrangers perdus et des relations économiques rompues avec la Russie. Le bilan de 2014 et les indices macroéconomiques de début 2015 indiquent qu'aujourd'hui il ne faut pas réformer, mais sauver l'économie et stabiliser la situation socioéconomique.

    Sur fond de crise économique et de confrontation croissante dans les couloirs du gouvernement, Kiev cherche à régler le problème de l'intégrité territoriale, menacée en raison des activités militaires dans l'est du pays. D'autant que le président ukrainien, le parlement et le gouvernement, en évoquant l'intégrité territoriale, refusent obstinément d'entreprendre des mesures capables de stopper la "dispersion" des régions. Et si dans les années 1990 Leonid Kravtchouk et Leonid Koutchma avaient réussi à mettre fin au processus de régionalisation croissant, les autorités ukrainiennes actuelles n'y parviennent pas aujourd'hui.

    Les décisions prises par le gouvernement et le parlement ukrainiens n'ont aucun impact sur la situation économique. Par exemple, pour sortir de la crise politique et stabiliser la situation socioéconomique, les autorités ukrainiennes ont révisé le budget et adopté des mesures impopulaires en augmentant les tarifs des services communaux. Cependant, ces démarches ne font qu'appauvrir davantage la population et augmenter les impayés et l'inflation. De plus, on promet à la population des crédits d'organisations financières internationales censés sauver l'économie. Sauf qu'aucune décision n'a encore été prise pour accorder de nouveaux prêts. D'autant qu'en 2014, la plupart des sommes promises à l'Ukraine n'ont pas été accordées ou ont servi à rembourser les crédits contractés plus tôt. Les autorités ukrainiennes préfèrent ne pas en parler.

    La hausse de l'inflation et la chute du PIB, la dévaluation de la monnaie nationale et les opérations militaires dans l'est de l'Ukraine reflètent l'incompétence des politiciens arrivés au pouvoir après le coup d'État de février 2014. Leurs efforts ont repoussé l'économie ukrainienne plusieurs années en arrière. Leur incompréhension de la situation internationale et des véritables objectifs des pays occidentaux, ainsi que l'incapacité de formuler les intérêts de l'Ukraine ont conduit le pays dans une impasse, le poussant au seuil de l'effondrement économique et de la faillite politique.

    Lire aussi:

    Qui paie la guerre dans le Donbass ?
    Le FMI pourrait suspendre son programme d'aide à l'Ukraine
    La Suisse accordera un prêt de 200 M USD à l'Ukraine
    Donbass: Berlin accordera une aide humanitaire
    Tags:
    PIB, inflation, économie, Rada suprême, Leonid Kravtchouk, Leonid Kuchma, URSS, Ukraine, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik