Lu dans la presse
URL courte
Par
Situation économique en Grèce (112)
0 630
S'abonner

Le ministre allemand des Affaires étrangères, Frank-Walter Steinmeier, a rejeté hier l'exigence de la Grèce de lui verser des réparations pour la période d'occupation nazie, écrit vendredi le quotidien Kommersant.

Le gouvernement d'Alexis Tsipras avait demandé à Berlin de lui verser 162 milliards d'euros, sans compter les intérêts, et menacé de saisir les biens publics allemands en Grèce. Les experts y voient une volonté des autorités grecques de renforcer leur position dans les négociations avec les créanciers internationaux — et pensent que cette tentative de chantage est vouée à l'échec.

"Nous sommes tout à fait conscients de notre responsabilité morale et politique dans les terribles événements survenus en Grèce pendant la guerre. Mais toutes les questions des réparations (…) ont été juridiquement réglées, une fois pour toutes", a déclaré hier Steinmeier.

La revendication du gouvernement grec intervient dans le contexte des négociations qui se poursuivent avec la troïka de créanciers internationaux (le Commission européenne, la BCE et le FMI) sur la restructuration de la dette du pays. Le premier ministre grec se rendra aujourd'hui à Bruxelles pour évoquer la situation avec le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker et le président du Parlement européen Martin Schulz.

"Nous avons de l'argent jusqu'à fin mars. Ensuite, il faudra trouver 5 milliards d'euros pour rembourser nos dettes. La situation pourrait devenir critique en juin, quand il faudra retourner une importante partie de la dette", explique une source d'Athènes proche du gouvernement de Tsipras. Toutefois, d'ici là, les autorités grecques espèrent convenir d'une nouvelle formule de remboursement.

Les experts interrogés établissent un lien direct entre l'ultimatum grec à Berlin et les négociations avec la troïka. "Syriza cherche à revenir dans la partie après avoir perdu toutes ses positions dans les négociations. Les autorités ont accepté de poursuivre une politique néolibérale d'austérité, à laquelle s'oppose la population du pays. Et une seconde vague de crise s'avance sur la Grèce. Cet été, on s'attend à une catastrophe dans le domaine touristique et industriel. Dans ces conditions, il faut au moins montrer quelques signes de réussite à la population", déclare Vassili Koltachov, directeur du Centre d'études économiques à l'Institut de la mondialisation et des mouvements sociaux.

Dossier:
Situation économique en Grèce (112)

Lire aussi:

Accord sur l'aide à la Grèce: "un bon compromis" selon Hollande
La Grèce, l’Europe, et la question de la souveraineté
Grèce: conditions de la "troïka" pour prolonger le financement
Zone euro: la Grèce va-t-elle franchir la porte de sortie?
Tags:
Frank-Walter Steinmeier, Allemagne, Grèce
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook