Lu dans la presse
URL courte
Par
0 244
S'abonner

Selon un sondage de l'Institut international de sociologie de Kiev, le Donbass est actuellement la seule région d'Ukraine où les partisans de l'adhésion à l'Union douanière sont plus nombreux que les supporters de l'intégration européenne, écrit vendredi le quotidien Nezavissimaïa gazeta.

Ce sondage a été mené sur tout le territoire ukrainien, y compris dans les régions de Donetsk et de Lougansk dans les districts contrôlés et non contrôlés par les autorités ukrainiennes. L'étude révèle que l'Est préfère toujours l'adhésion à l'Union douanière (30%) à l'intégration européenne (20%).

Dans les régions voisines du sud (celle de Dniepropetrovsk, de Zaporojie, d'Odessa et de Kherson) l'Union douanière attire 12% des voix contre 33% pour l'Union européenne (UE). La majorité du centre et de l'ouest du pays (de 57% à 75%) s'oriente toujours vers l'UE. Ces régions ne considèrent pas l'Union douanière comme une voie possible d'intégration, mais de nombreuses personnes estiment qu'il est nécessaire de garder la neutralité sans rejoindre tel ou tel bloc.

En général, 47,2% des Ukrainiens soutiennent actuellement l'adhésion à l'UE, alors que les partisans de l'Union douanière sont 12,3%.

Les sociologues font remarquer qu'avant les événements du Maïdan l'intégration européenne était soutenue par 41% des Ukrainiens et l'adhésion à l'Union douanière par près de 35% de la population.

Selon l'analyse de l'Institut, l'opinion publique a été affectée non tant par le Maïdan et les manifestations en faveur de l'intégration européenne que par les événements ultérieurs en Crimée et dans le Donbass. Le sondage indique que le nombre de citoyens soutenant le non-alignement de leur pays est passé de 9% à la veille du Maïdan à 27% aujourd'hui.

Les experts de Kiev soulignent que ce facteur est le plus important, car il témoigne du fait que les Ukrainiens craignent les actions de la Russie, mais se méfient de l'Union européenne sur l'aide de laquelle ils comptaient par le passé.

La guerre dure déjà depuis un an et s'accompagne de déclarations préoccupées des leaders européens, qui visent à obtenir coûte que coûte la paix. La volonté de trahir les intérêts nationaux de l'Ukraine au nom de leurs propres intérêts économiques déçoit la société ukrainienne, soulignent les experts.

D'après eux, l'attitude du Donbass s'explique par des raisons tout à fait différentes que dans le reste de l'Ukraine. Les sociologues ont toujours noté les particularités de cette région pour les habitants duquel l'appartenance régionale prévalait sur l'identité nationale. Les derniers événements n'ont fait qu'accentuer cette vision de la région comme un territoire à part, prétendant à un statut spécial. Et le fait que Kiev interprète le statut du Donbass de sa propre manière provoque une réaction hostile.

"Je ne dirais pas que l'attitude prorusse y est très forte, raconte un volontaire ukrainien sous couvert de l'anonymat. Mais on sent ici la volonté de se séparer de l'Ukraine qui n'a pas protégé, n'a pas sauvé des bombardements, a cessé de payer les salaires et les retraites sans accorder aucun soutien. Il existe des prétentions similaires envers la Russie. Et beaucoup de reproches. Les gens sont en plein désarroi. Ils ont peur de tout le monde: des "petits hommes verts", des bandits et des militaires ukrainiens. On ne transmet là-bas que les chaînes russes, qui remodèlent la vision des événements qu'ont les gens qui se sont caché dans leurs caves pendant plusieurs mois et ne quittent aujourd'hui presque jamais leur village ruiné. La fatigue, la méfiance, le désespoir — tout cela pousse les gens à haïr tout le monde. Il disent avoir été trahis et abandonnés, considèrent chacun comme un ennemi".

Chornukhyne, Ukraine, le 2 mars 2015
© AP Photo / Vadim Ghirda
Konstantin Bondarenko, chef de l'Institut de la politique ukrainienne, est d'accord avec ce point de vue: "Nous avons perdu le Donbass dans le sens où l'Ukraine a perdu la bataille pour les gens. On peut poursuivre la guerre voire raser toute la région, mais cela ne fera qu'aggraver les problèmes. Il est impossible de soumettre le Donbass par la force. Il n'existe que la voie de compromis avec des garanties fiables. (…) La tentative de forcer la vision de Kiev du statut du Donbass ne fera que du mal".

Lire aussi:

Un chien protège un garçon de trois ans perdu dans les bois
La punition qu’un père administre à ses filles qui refusent de porter le voile
Quelle a été la réaction de l’épouse de Benjamin Griveaux à la publication de ses vidéos X?
Au Cameroun, les mangeurs de chats et de chiens n’en démordent pas…
Tags:
sondage, Union douanière, Union européenne (UE), Ukraine
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook