Ecoutez Radio Sputnik
    Chancelière allemande Angela Merkel

    Comment expliquer la Une scandaleuse du Spiegel?

    © AP Photo / Axel Schmidt
    Lu dans la presse
    URL courte
    Rossiïskaïa gazeta
    0 1178

    Le scandale grandit en Allemagne autour de la Une du dernier numéro du Spiegel, qui représente la chancelière allemande Angela Merkel avec des officiers du IIIe Reich devant les ruines de l'acropole d'Athènes, écrit lundi le quotidien Rossiïskaïa gazeta.

    La rédaction du principal magazine politique du pays, accusée de provocation et de mauvais goût y compris de la part de ses confrères, explique que "personne n'a eu envie de comparer la chancelière au nazis". Les auteurs ont tout simplement tenté de représenter la vision que pouvaient avoir les autres Européens de l'Allemagne.

    Selon Klaus Brinkbäumer, rédacteur en chef de la revue, la rédaction considère comme inacceptables les caricatures primitives — représentant par exemple Angela Merkel avec la moustache d'Hitler — et n'est en aucune façon solidaire avec ces dernières. Les journalistes de Spiegel ont tenté de répondre à la question de pourquoi des parallèles entre les élites politiques de l'Allemagne moderne et du IIIe Reich étaient devenues possibles dans l'espace intellectuel de l'Europe moderne.

    Selon les auteurs, Berlin prétend à un leadership ouvert voire une hégémonie parmi les pays de l'Union européenne (UE) en utilisant des leviers d'influence politique et économique. Un bon exemple est les relations entre l'Allemagne et la Grèce, dont l'avenir dans la zone euro dépend tout d'abord de la politique de crédit de Berlin. Et alors que les Allemands exigent des Grecs qu'ils paient leur facture, ces derniers leur présentent une facture historique: Athènes a récemment demandé à Berlin des compensations importantes pour les dégâts subis lors de la Seconde Guerre mondiale. Ce sont donc ces prétentions grecques qui ont été interprétées par la Une de Spiegel. Par ailleurs, les auteurs analysent en détails le nouveau leadership de l'Allemagne. "Les Allemands sont de nouveau considérés comme une grande puissance. Mais on peut les considérer comme un hégémon plutôt faible et pas fort sur le continent", conclut Spiegel.

    Le rédacteur en chef Klaus Brinkbäumer a même publié des explications spéciales concernant la Une du dernier numéro du magazine:

    "La nouvelle Une du Spiegel attire les regards, elle a de l'acuité voire de la dureté. Mais est-elle ambiguë? Non. On ne peut la comprendre mal que si on veut le faire. Süddeutsche.de a interprété notre couverture de façon erronée et écrit: "Spiegel met Merkel sur le même plan que les nazis".

    La matériel central de ce numéro analyse et explique pourquoi le passé ne veut pas rester dans le passé et pourquoi les débats sur la zone euro et le rôle directeur de l'Allemagne voient ressurgir des sujets liés à l'époque nazie. Les auteurs ont mené des études en Grèce, en Italie, en Grande Bretagne, à Bruxelles et à Berlin pour comprendre pourquoi on évoquait aujourd'hui des demandes de réparations bien que tout ait déjà été depuis longtemps éclairci d'un point de vue juridique.

    Le titre laisse comprendre qu'il s'agit de la vision européenne sur l'Allemagne. La silhouette d'Angela Merkel est découpée dans du papier et collée de manière exagérément maladroite: c'est une allusion aux caricatures qui représentent la chancelière avec la moustache d'Hitler. Ainsi, nous citons, ironisons et nous nous distançons pour regarder objectivement la convergence de l'histoire allemande avec la situation actuelle en Allemagne et en Europe".

    Lire aussi:

    Grèce: un troisième plan d'aide inévitable (ministre allemand)
    L'UE admet une sortie de la Grèce de la zone euro
    Euro: une sortie de la Grèce constituerait une catastrophe
    L'Eurogroupe approuve le plan de réformes de la Grèce
    Tags:
    nazis, zone euro, médias, Spiegel, Union européenne (UE), Klaus Brinkbäumer, Angela Merkel, Grèce, Allemagne
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik