Lu dans la presse
URL courte
Par
12329
S'abonner

Les services secrets étrangers ne cessent d'utiliser à leurs fins les ONG et les associations politisées, a déclaré le président russe Vladimir Poutine lors d'une réunion du FSB (les services de renseignements intérieurs russes), écrit vendredi 27 mars le quotidien RBC.

Selon le chef de l’État, ces tentatives visent à discréditer les autorités russes et déstabiliser la situation dans le pays.

Selon les informations du président, les services de renseignements étrangers planifieraient des actions pour les législatives et la présidentielle en Russie en 2016 et 2018.

Vladimir Poutine a jugé efficace le travail des services russes de contrespionnage, qui ont neutralisé en 2014 l'activité de 52 fonctionnaires et de 290 agents étrangers.

Le président a affirmé que les autorités étaient prêtes à dialoguer avec l'opposition et à écouter une critique substantielle. Il a ajouté toutefois qu'il était "inutile d'engager la discussion avec ceux qui travaillent sous les ordres de forces extérieures, dans l'intérêt de pays étrangers et non du leur". Le chef de l'État a souligné que les autorités continueraient de "suivre de près la présence de sources de financement étrangères des ONG et comparer leurs objectifs statutaires avec leur travail pratique". Et d'ajouter que "toute infraction devait être prévenue".

Revenant sur l'aggravation de la situation internationale l'an dernier, y compris à cause de la crise en Ukraine, Poutine a déclaré que les partenaires étrangers utilisaient toutes les méthodes possibles pour freiner la Russie. "Pour freiner la Russie, on utilise tout un ensemble de moyens: des tentatives d'isolement politique et de pression économique jusqu'à une vaste guerre médiatique et aux instruments des renseignements", déclare le président russe.

Personne n'arrivera à intimider ou à faire pression sur la Russie, met en garde le président. "Nous avons et auront toujours une réponse adéquate à toutes les menaces extérieures et intérieures à la sécurité nationale", conclut-il.

Lire aussi:

Vladimir Poutine et le nucléaire : Si vis pacem, para bellum
Les médias recherchent Poutine désespérément
Brzezinski conseille à Obama de ne pas "humilier Poutine"
Pourquoi il faut soutenir Vladimir Poutine
Tags:
FSB, Vladimir Poutine, Russie, services secrets
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via FacebookCommenter via Sputnik