Ecoutez Radio Sputnik
    Yémen

    Yémen: les USA entrent en scène

    © REUTERS / Stringer
    Lu dans la presse
    URL courte
    Par
    Opération militaire au Yémen (2015) (122)
    1528
    S'abonner

    Même s'il ne l'annoncent pas encore au niveau officiel, les États-Unis s'ingèrent bien dans un nouveau conflit armé au Moyen-Orient.

    La presse rapporte plusieurs faits montrant que Washington ne restera pas à l'écart des frappes aériennes de la coalition internationale chapeautée par l'Arabie saoudite sur le territoire yéménite. Les Américains aident déjà les alliés à choisir leurs cibles pour les bombardements et ravitaillent leurs avions en vol.

    En fin de semaine dernière, le secrétaire d'État américain John Kerry a été inhabituellement ferme en évoquant le rôle de Téhéran dans le conflit yéménite. Selon lui, Washington disposerait de preuves selon lesquelles les avions iraniens pénétreraient régulièrement dans l'espace aérien du Yémen pour aider les rebelles Houthis qui ont renversé le président Abd Rabo Mansour Hadi et ont occupé les plus grandes villes du pays.

    Kerry a averti que les USA "n'abandonneraient pas leurs alliés et amis" et avaient l'intention de "soutenir tous ceux qui ressentaient la menace" émanant de Téhéran. Le ton du secrétaire d'État contraste avec ses récentes déclarations à l'issue des négociations à Lausanne sur le sort du programme nucléaire iranien.

    Cependant, l'escalade de la guerre civile au Yémen, qui risque de déstabiliser toute la région et met en péril les itinéraires d'acheminement du pétrole a poussé l'administration Obama à durcir son approche vis-à-vis de l'Iran. Washington, de la même manière que Riyad, est persuadé que c'est l'aide de Téhéran qui explique les récents succès militaires des Houthis et leur permet d'adopter une position sans compromis.

    Les USA ont soutenu les frappes aériennes de l'Arabie saoudite contre les positions des chiites yéménites, qui ont commencé le 25 mars. La semaine dernière, le Pentagone a reconnu ravitailler en vol les avions qui bombardent le Yémen.

    L'installation, en Arabie saoudite, d'un centre spécial de commandement américain supervisé par le général Lloyd Austin, chef du CentCom — commandement central des USA, est une autre preuve de la participation américaine dans la campagne contre les Houthis. Selon le Wall Street Journal, se référant à une source militaire haut placée, les Américains fournissent aux Saoudiens des renseignements recueillis au cours des vols de reconnaissance au Yémen, ce qui permet à Riyad de déterminer les cibles à bombarder.

    Mais l'aide américaine n'a pourtant pas permis à la coalition militaire arabe d'atteindre son objectif au Yémen. Les bombardements n'ont pas stoppé l'offensive des Houthis — au contraire, ces derniers ont occupé la plus grande ville au sud du pays, Aden.

    Il devient de plus en plus clair que les Saoudiens et leurs alliés ne parviendront pas à renverser la situation sans une grande opération terrestre. Mais ce scénario comporte de sérieux risques, selon les experts. D'autant que le Pakistan, considéré comme un allié potentiel de l'Arabie saoudite en cas d'opération terrestre, a refusé la semaine dernière d'y participer.

    Dossier:
    Opération militaire au Yémen (2015) (122)

    Lire aussi:

    Yémen: des Américains demandent à Moscou de les évacuer
    Yémen: l'Iran envoie des navires militaires dans le Golfe d'Aden
    Yémen: Moscou appelle à suspendre les bombardements
    Tags:
    Houthis, Abd Rabo Mansour Hadi, John Kerry, Arabie Saoudite, Iran, Yémen, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik